Normes d’émission 6 : les informations les plus importantes

La norme d’émission de gaz d’échappement 6 et les normes qui lui sont associées, telles que la norme 6d, ont été fréquemment mentionnées ces derniers temps, mais que signifient-elles réellement ? Et à quelle norme doit-on se conformer cette année ? Si vous êtes également un peu confus devant toutes ces règles et leur signification, fiez-vous à cet article…

Pourquoi la norme Euro 6 a-t-elle différents niveaux?

Le plus déroutant à propos de la norme d’émission 6 est probablement qu’elle a différents niveaux, ce qui constitue une grande différence avec les celles précédentes. Actuellement, la norme Euro 6 existe sept fois, et deux autres étapes entreront en vigueur d’ici 2021.

Une différence entre la norme d’émission 6 et celles allant de de 1 à 5, cependant, est que les limites entre les différentes sous-normes n’ont pas changé. Pour cette raison, ces dernières ont simplement reçu un supplément différent. Il existe trois normes Euro 6 qui ne sont plus autorisées. Il est aussi bon de savoir que l’Euro 6d-ISC-FCM ne sera pas obligatoire avant 2021. Il est également important de savoir qu’aucune de ces normes ne comporte de spécifications concrètes sur les émissions de CO2 autorisées, puisqu’une seule valeur cible s’applique à l’ensemble du parc automobile d’un constructeur. Cette valeur cible est fixée à 95 g/km à partir de 2021, c’est pourquoi la plupart des fabricants automobiles produisent différents modèles de voitures électriques et hybrides au sein d’un même parc.

Pour les conducteurs et les fabricants, les règles de l’Euro 6 n’ont qu’une signification limitée, car ce sont principalement les constructeurs automobiles qui doivent les contrôler. Cependant, il est bien sûr important de connaître la norme actuellement en vigueur afin de tenir compte de ce facteur lors de l’achat d’une voiture. Après tout, toute personne qui veut faire immatriculer une nouvelle voiture pour la première fois aujourd’hui doit posséder une voiture qui répond à la norme Euro 6d-Temp-EVAP-ISC ou mieux. En outre, les conducteurs pourraient également être amenés à payer à l’avenir s’ils conduisent de manière particulièrement inefficace et provoquent une augmentation de la consommation de CO2, par exemple.

Cette norme d’émission est volontaire

Lorsqu’une voiture est immatriculée, il y a deux dates décisives : la date de la réception et la première immatriculation d’une voiture particulière. Dans le cas d’une réception générale ou d’un essai par type, les instituts spécialisés accordent une réception permanente à une série d’un constructeur automobile et aux différentes combinaisons moteur/transmission de la série respective. Jusqu’au 31 décembre 2020, la réception par type et l’immatriculation initiale se dérouleront en parallèle. La date des nouvelles immatriculations indique la norme à laquelle une voiture particulière doit satisfaire pour être nouvellement immatriculée. Vous devez souvent le faire vous-même, mais vous pouvez aussi demander de l’aide à votre concessionnaire. L’immatriculation se fait au bureau d’immatriculation des véhicules, qui est le bureau d’enregistrement attribué à votre lieu de résidence principale.

Quelques termes récurrents

Même les noms de ces lois peuvent prêter à confusion avec toutes les abréviations et termes. Afin que vous n’ayez plus de questions ouvertes à ce sujet à l’avenir, vous trouverez ici une liste des termes les plus importants.

Les cycles NEDC et WTLP

La différence entre le cycle NEDC (New European Driving Cycle) et son successeur, le WTLP, réside principalement dans la difficulté des tests. Dans le NEDC, la performance des gaz d’échappement est mesurée uniquement sur le banc d’essai, c’est-à-dire dans des conditions de laboratoire. Cela a été appliqué aux normes d’émission jusqu’à l’Euro 6b, laissant aux constructeurs une marge d’optimisation beaucoup plus grande. Lorsqu’un véhicule est testé selon le WTLP (Worldwide Harmonized Light-Duty Vehicles Test Procedure), elle est mesurée dans des conditions plus strictes qu’auparavant. Cela permet aux fabricants de disposer de moins d’échappatoires, car la voiture doit désormais accélérer davantage et doit également être testée avec des équipements différents. Par exemple, elle a été appliquée à la norme Euro 6c, à l’Euro 6d-Temp, à l’Euro 6d-Temp-EVAP et à l’Euro 6d.

La procédure RDE

RDE signifie Real Driving Emissions et décrit la procédure d’essai dans laquelle le comportement des autos en matière d’émissions est mesuré dans des conditions de conduite réelles. Cette procédure a été appliquée, par exemple, aux normes Euro 6d et Euro 6d-Temp. La mesure du comportement réel des émanations a été une étape importante pour accroître les exigences imposées aux industries automobiles et pour réduire clairement les possibilités de failles et de scandales liés au diesel.

La différence entre l’Euro 6d-Temp et l’Euro 6d est le facteur de conversion autorisé. Le premier autorise une diffusion de NOx 2,1 fois supérieure à celle des mesures effectuées sur le banc d’essai. Cela signifie que les 80 mg/km sur le banc d’essai peuvent être réduits à un maximum de 168 mg/km en fonctionnement réel. La 6d abaisse ce facteur de conversion à 1,42, ce qui signifie qu’en fonctionnement réel, un maximum de 114,4 mg/km peut être émis.

L’EVAP

L’abréviation EVAP signifie en français émission par évaporation. C’est le processus d’évaporation des composés d’hydrocarbures qui quittent le véhicule par évaporation. Dans le processus, les composés d’hydrocarbures s’évaporent des matières organiques et du carburant, mais il ne s’agit pas d’émissions d’échappement.

Les émissions d’échappement sont les émanations qui sont émis par le système d’échappement lorsque le moteur à combustion interne est en marche, tandis-que celles d’évaporation sont tous les autres émanations qui s’évaporent du véhicule. Les normes qui portent le suffixe EVAP exigent un essai dans lequel tous les polluants émis par le véhicule sont mesurés.

Avec la nouvelle procédure d’essai, la, diffusion polluante complète est mesurée dans différentes situations d’essai. Par exemple, les hydrocarbures sont mesurés via le filtre à charbon actif du réservoir. Comme la procédure consiste à vérifier différentes situations de test, ce dernier prend beaucoup de temps, puisque chaque cycle dure 210 minutes. Une température est mesurée dans un cycle d’essai, et afin de pouvoir mesurer différentes conditions de température, ce dernier est effectué 50 fois de suite.

Emissions de carburant et émissions non combustibles

Une distinction est généralement faite entre les émissions non combustibles et celles de carburant. Comme leur nom l’indique, les émissions de carburant sont produites par l’évaporation du carburant.

Les émissions hors carburant sont les hydrocarbures qui ne sont pas libérés par le carburant. Il s’agit notamment de celles provenant d’autres fluides de fonctionnement des véhicules, tels que le liquide de refroidissement, l’huile, l’eau de lavage, les réfrigérants, les huiles et autres lubrifiants.

Sur une plus longue période, le rapport entre les émissions hors combustibles et celles de combustibles change. Les premières sont généralement émises sur une période plus courte, mais restent ensuite à un niveau constamment bas. En retour, les émissions de carburant sont émises à un taux plus élevé sur une plus longue période, car la perméabilité aux hydrocarbures augmente en raison du vieillissement.

Qu’est-ce que l’ISC ?

L’abréviation ISC signifie In-Service Conformity Tests et signifie que les véhicules déjà en circulation doivent également prouver qu’ils sont conformes aux réglementations sur les émissions. En bref, le post-traitement doit fonctionner en permanence dans les voitures. Ces essais sont obligatoires pour toutes les homologations depuis le 1er janvier 2019 et pour tous les nouveaux enregistrements depuis le 1er septembre 2019. Aux États-Unis, les tests de l’ISC ont déjà été réalisés avec succès depuis plusieurs années.

Qu’est-ce que le FCM ?

FCM signifie “Fuel Consumption Monitoring” et signifie qu’un véhicule  doit stocker sa consommation réelle de carburant pendant toute la durée de l’opération spécialisée, c’est-à-dire également pendant la période où l’auto est entre les mains du client. Une condition préalable à ce contrôle est toutefois que tous les véhicules doivent être équipés d’un compteur de consommation de carburant intégré, appelé “compteur de consommation de carburant embarqué” ou OBFCM.

Si les voitures sont équipées d’un OBFCM, les valeurs peuvent être lues et évaluées via une interface de diagnostic, qui aura probablement lieu en même temps que l’unité de contrôle. La FCM est obligatoire pour tous les nouveaux types de véhicules à partir du 1er janvier 2020 et pour toutes les voitures nouvellement immatriculées à partir du 1er janvier 2021.

Ce nouveau règlement comporte certaines incertitudes et risques et les conducteurs et propriétaires de voitures hybrides rechargeables doivent notamment se préparer à de mauvaises surprises. En particulier avec les hybrides rechargeables, la consommation réelle est souvent beaucoup plus élevée que la valeur standard prescrite, car de nombreux conducteurs ne chargent tout simplement pas l’électricité et n’utilisent pas vraiment la partie hybride du véhicule.