Chaleur dans la voiture : les réflexes à adopter

En été, la température monte souvent jusqu’à 25 degrés – dans les véhicules fermés, elle atteint rapidement trois fois cette température. De nombreux conducteurs prennent alors rapidement deux contre-mesures : Climatisation en marche ou fenêtres ouvertes. Cependant, aérer la voiture pour que les occupants se sentent à l’aise n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. Le thermomètre de la voiture devrait idéalement indiquer 21 à 23 degrés. Après tout, la chaleur rend la conduite difficile et peut même nuire à votre santé. Cependant, les jours de grande chaleur, de nombreux conducteurs ont tendance à abaisser immédiatement et de façon permanente la température en dessous de 20 degrés – ce qui n’est pas non plus conseillé.

Eviter le refroidissement excessif

Le refroidissement excessif de l’air dans l’habitacle augmente la consommation de carburant et donc aussi les émissions de CO2. Selon la technologie et les conditions de fonctionnement, le système de climatisation est responsable d’une consommation supplémentaire de carburant pouvant atteindre deux litres aux 100 kilomètres. Même en Europe centrale, le système de climatisation représente environ 5 % de la consommation annuelle totale d’une voiture. Un conducteur moyen pourrait couvrir la distance Hambourg-Paris une fois par an avec cette quantité de carburant, ce n’est pas seulement l’environnement et le portefeuille qui souffrent d’un système de climatisation complètement chargé, mais aussi la santé des occupants. Les systèmes de climatisation peuvent aider les personnes enrhumées si la température intérieure est trop basse. Lorsque le courant d’air froid frappe directement la peau en sueur, le corps peut se refroidir rapidement.

La peau et les muqueuses ne seraient alors plus aussi bien approvisionnées en sang. De plus, les climatiseurs extraient l’humidité de l’air. L’air sec irrite les muqueuses des voies respiratoires supérieures et peut favoriser les infections respiratoires. Les courants d’air des climatiseurs peuvent également provoquer des conjonctivites ou des tensions musculaires dans le cou, les épaules ou le dos. Les systèmes insuffisamment entretenus présentent également des risques pour la santé. L’eau de condensation humide et la poussière, le pollen et les spores de moisissure aspirés de l’extérieur pourraient devenir un terrain propice à la prolifération des germes. Ces germes pourraient pénétrer à l’intérieur et dans les voies respiratoires des occupants. Les conséquences possibles : les allergies ou les infections.

L’utilisation optimale de la climatisation

L’aide allemande à l’environnement recommande de ne pas mettre du tout en marche la climatisation sur de courtes distances et de bien ventiler la voiture chauffée avec les portes ouvertes avant de conduire par temps chaud. Il est déconseillé de dépasser six degrés de différence entre la température intérieure et extérieure en conduisant. Si la différence est plus grande, le corps doit faire un effort pour compenser. Les conducteurs sensibles à la chaleur pourraient souffrir de problèmes de circulation, par exemple en sortant de la voiture.

Toutefois, la voiture ne doit en aucun cas surchauffer, sinon le risque d’accident augmente. La perception, l’attention ou l’acuité visuelle diminuent avec la hausse des températures Si la température à l’intérieur de la voiture dépasse 24 degrés Celsius, la capacité et la vitesse de réaction sont réduites. Les occupants de la voiture sont alors soumis à un stress accru et peuvent réagir de manière plus agressive. Si le corps n’est plus capable de dissiper suffisamment de chaleur, il y a également un risque de coup de chaleur.

Le corps compense normalement la chaleur en transpirant et en augmentant la circulation de la peau, en particulier autour des extrémités. La transpiration refroidit la peau par évaporation. Toutefois, cette réglementation n’est pas possible pour près de la moitié du corps lorsqu’on conduit une voiture, car les jambes et le dos reposent sur le siège et les vêtements, ce qui entrave en outre la dissipation de la chaleur.

Bien contrôler la température dans la voiture 

Pour faire face à la chaleur, il n’y a pas que la température dans la voiture qui doit être bonne. Si vous transpirez beaucoup, vous avez aussi besoin de beaucoup de liquides. Cela est particulièrement vrai pour les longues distances, déclare Sven Rademacher du Conseil allemand de la sécurité routière (DVR). Des chemises et des pantalons en coton aérés rendent supportables les trajets en voiture par temps chaud. Les conducteurs de cabriolets doivent porter un chapeau pour se protéger contre les coups de chaleur et les coups de soleil et appliquer un écran solaire sur la peau non couverte. Des chaussures légères mais robustes permettent de pédaler en toute sécurité – par exemple des sandales à talon. Toute personne qui roule avec des tongs ou pieds nus et qui est impliquée dans un accident risque d’être couverte par son assurance.

Pour éviter l’accumulation de chaleur dans la voiture, les conducteurs doivent chercher des places de parking ombragées ou assombrir leurs vitres. Des tapis spécialement enduits derrière le pare-brise réfléchissent la lumière du soleil et ne permettent pas à la température à l’intérieur de la voiture d’augmenter excessivement.

Il est recommandé de régler la température souhaitée et le programme de distribution d’air et de puissance du ventilateur dans les véhicules à climatisation automatique avant de conduire. Dans le cas des systèmes semi-automatiques, le ventilateur est d’abord mis en marche, puis progressivement arrêté pour obtenir l’effet souhaité. Quelques minutes avant la fin du voyage – ceci s’applique à tous les systèmes de climatisation – le conducteur doit couper le système de refroidissement et laisser le ventilateur en marche. Il ne reste alors plus d’humidité résiduelle dans le système de ventilation, ce qui favorise la formation de germes et d’odeurs.