TOYOTA YARIS GRMN

Agée de six ans, la Yaris poursuit sa carrière en s’offrant un second facelift , après le premier de 2014. 6 ans, c’est un âge déjà avancé pour une Toyota, qui est habitué à renouveler ses modèles assez rapidement. C’est pourtant à cet âge que la Yaris se dévergonde : après la version WRC de 380ch (qui va courir en championnat du monde), c’est Gazoo Racing (le département compétition de Toyota) qui s’occupe de nous en proposer une version sportive de route. Mais attention, il n’y en aura pas pour tout le monde.

geneve-toyota

Une proposition improbable mais sympathique

Conjuguer une Toyota Yaris avec sport aurait pu paraître incongru il y a deux ans encore. Malgré sa bonne volonté et toutes ses qualités, la petite japonaise fabriquée en France demeure une placide citadine surtout connue pour sa tranquille version hybride et ses petits moteurs sans éclat.
Mais quand, en 2015, Toyota a annoncé son arrivée en WRC (grâce à l’assouplissement du règlement), on est resté circonspect quand on a appris que ce serait la Yaris qui représenterait la marque. En décembre dernier, les premières photos de la Yaris WRC étaient pourtant publiées. une petite bombe de 380ch prête à en découdre avec ses concurrentes. Depuis janvier, elle a commencé sa saison en finissant 2ème au Monte-Carlo et en rapportant le Rallye de Suède. Elle est actuellement 2ème du championnat WRC au classement des pilotes (avec Latvala) et des constructeurs. Retour réussi pour le moment !

Alors comment justifier une version WRC quand on est une des citadines les plus sages du marché ? La Yaris nous a apporté la réponse le mois dernier au salon de Genève, en s’exhibant dans une version sportive développée par Gazoo Racing (le département compétition de Toyota, en charge en particulier des programmes Endurance et WRC de la marque japonaise). Son nom ? Yaris GRMN (Gazoo Racing Masters of the Nurburgring)… tout un programme.

Et chez Gazoo on n’a pas fait semblant. La Yaris GRMN affiche des caractéristiques qui montrent que ce n’est pas une voiture vaguement développée à partir d’une version standard. Moteur 1.8L de 210ch (celui de la Lotus Elise) , trains roulants, freinage, échappement, kit carrosserie, etc… Tout est nouveau. On est même surpris de ces investissements pour une production qui devrait être limitée à 1.000 exemplaires en Europe.

Le résultat en valait la peine : 220 km/h et moins de 6.5s pour passer de 0 à 100 km/h. Sur ce dernier point, c’est mieux que la Clio RS par exemple. D’ailleurs Toyota ne se gène pas pour affirmer que sa Yaris GRMN est la meilleure sur cet exercice.