Ford Fiesta (7ème génération)

ford-fiesta

Active, ST-Line, Vignale, Titanium : les 4 finitions hautes de la nouvelle gamme Fiesta

Une nouvelle Fiesta ? Oui Monsieur, oui Madame : la 7ème génération ! Ah…
Pour renouveler sa citadine fétiche, Ford a pourtant mis le paquet, en particulier sur les derniers équipements technologiques, la simplification de la planche de bord, et la multiplication des finitions premium à forte valeur ajoutée (dont Ford espère qu’elles représenteront 60% des ventes). Mais qui le sait ?

La théorie de l’évolution… invisible

Etre conservateur, ça a parfois du bon. Mais quand on remplace une voiture qui a presque 9 ans au compteur, on fait en sorte que sa se remarque. Ford a décidé que la Fiesta 7 ressemblerait à la Fiesta 6, quitte à y perdre sa personnalité (plus de feux arrière verticaux, plus de capot nervuré). On verra, à une époque où l’esthétique guide le choix de nombreux automobilistes,  si cette stratégie paye…
Pour compenser la frilosité de son dessin, la Fiesta multiplie les finitions, en particulier premium. Car en dehors des finitions basses Essential et Trend (dont Ford n’a publié aucune photo) et de la version sportive ST, ce sont pas moins de 4 finitions au tempérament différent qui se placeront en haut de la gamme, chacune avec calandres et boucliers différenciés. Il y a la Fiesta Active, légèrement surélevée, avec présentation SUV. Puis la traditionnelle finition Titanium, cossue et bien dotée. Ensuite la finition Vignale, synonyme de luxe et suréquipée. Et enfin la finition ST-Line, dont la présentation sportive se rapproche, comme son nom l’indique, de la turbulente ST.

Mais Ford ne se contente pas de ça, et a prévu pour sa citadine une flopée de systèmes de sécurité rarement rassemblés sur un modèle de cette taille. Je ne vous en fais pas l’inventaire, car tout est noté dans le tableau plus bas. La planche de bord a laissé tomber son aspect « vaisseau spatial » pour revenir à quelque chose de plus raisonnable et plus homogène, même en finition Essential ou l’écran tactile de 6.5″ ou 8″ (selon les versions) est remplacé par une sorte de console bien pratique avec son afficheur 4.2″. Mais dans tous les cas, Ford a eu le bon goût de maintenir les réglages de chauffage/clim à part sans avoir à rentrer dans le système, ce qui est beaucoup plus ergonomique.

Ford ne s’est pas ruiné pour le châssis qui n’est qu’une évolution du précédent. Mais ce conservatisme permet-il au moins de conserver des versions 3 et 5 portes, ce qui devient rare chez la concurrence. Au niveau des motorisations essence il y a du neuf en bas (avec le 1.1L Ti-VCT de 70 ou 85ch) et en haut  (avec le surprenant nouveau moteur 3 cylindres 1.5L Ecoboost de 197ch qui équipera bientôt la ST). Du coup, avec le 1.0L Ecoboost qui existait déjà,  la Fiesta est la seule citadine a disposer d’une gamme essence uniquement en 3 cylindres avec un tel éventail de puissances. Pas de changement par contre pour le diesel avec le récent 1.5L TDCI qui reste, lui, fidèle aux 4 cylindres.