vendredi 14 avril 2017

On débriefe : TOYOTA YARIS 3 (Facelift)


La Yaris doit encore poursuivre un peu sa route en attendant la relève dans environ deux ans. Alors Toyota sort le porte-monnaie pour lui rendre la vie plus facile, et la marque japonaise entend bien le faire savoir.

Sommaire


- Du style, du sport, de la sécurité... et du rab
- Tout sur la Yaris 3 restylée en quelques lignes
- Nos photos prises au salon de Genève
- galerie de photos fournies par Toyota



Du style, du sport, de la sécurité... et du rab


Première génération en 1999, seconde en 2005, troisième en 2011... La logique aurait voulu que la Yaris soit renouvelée cette année. Il n'en sera rien, et elle fera du rab, au moins jusqu'en 2019. C'est pour cela que, après un premier restylage en 2014, la Yaris se repoudre une fois de plus... le nez.

Le nez, c'est bien le cas de le dire, avec un groin proéminent rappelant presque la première Peugeot 308. Mais dans le cas de la Yaris, c'est beaucoup mieux intégré et ça s'accorde bien avec le nouveau bouclier avant et sa prise d'air géante encadrée de nouveaux antibrouillards soulignés verticalement par une virgule (chromée selon les finitions). Les blocs optiques sont revus, et leur signature lumineuse peut être prolongée (selon les versions) d'une baguette chromée qui rejoint le logo central. Du coup, la Yaris perd sa calandre en X qui singeait maladroitement celle de la petite Aygo.

De profonds changement à l'arrière !  Les feux, en adoptant le style des autres Toyota de la gamme, s'élargissent et débordent désormais sur les ailes arrière mais aussi sur le hayon. Un hayon totalement remodelé, de même que le bouclier. Un renouveau bénéfique pour cette poupe, qui était un peu mièvre jusqu'à présent. Même le profil évolue, avec une moulure dynamique en bas des portières.


L'habitacle, lui, évolue moins, avec un nouveau volant stylisé, de nouveaux aérateurs, certains détails d'ergonomie revus, ou quelques évolutions de matériaux. Et un petit écran couleur d'information 4.2" vient s'installer entre les deux cadrans de l'instrumentation à partir de la finition Dynamic. Un nouveau niveau de finition apparaît en haut de la gamme : Chic, à tendance raffinée. Toyota frappe fort en équipant absolument toutes les versions de la Yaris d'un pack Safety Sense comprenant le freinage automatique d'urgence, l'allumage automatique des feux, la reconnaissance des panneaux de signalisation et l'alerte de franchissement de ligne. Une première dans la catégorie et un vrai plus pour la sécurité !

La version hybride voit certains détails techniques revus pour plus de confort et de silence de fonctionnement (nouveaux supports moteur, arbres de transmission et silencieux d'échappement ; nouvelle entrées de boite d'air). Toyota n'annonce rien sur l'atroce boite CVT, et c'est bien dommage car c'est le seul gros défaut de la voiture. C'est sur les versions à moteur essence qu'il y a du changement : exit le 1.3L VVT-i de 100ch, place au 1.5L VVT-iE de 110ch apte à respecter les futures normes européennes Euro6c grâce à sa consommation en baisse de 12%. Vous attendez des nouvelles du moteur diesel ? Oubliez ça, il n'y en a plus. Toyota a abandonné le moteur 1.4L D-4D


Autre nouveauté (encore une !) et pas des moindre : l'arrivée d'ici à la fin de l'année de la Yaris GRMN, développée par Gazoo Racing (le département compétition de Toyota). Avec son 1.8L compressé de 210ch, la Yaris nous propose donc une version sportive inattendue pour la fin de sa carrière. Inattendue mais éphémère puisque la production sera limitée. Mais lisez donc cet article qui vous en dira plus.

On le voit, le facelift de la Yaris n'a pas été fait à l'économie (90 millions d'euros d'investissements et 900 pièces revues) et propose suffisamment de nouveautés esthétiques et techniques pour lui donner un nouvel élan pour la dernière ligne droite de sa carrière. Elle est toujours fabriquée à Valenciennes, et c'est également en France que le restylage extérieur a été piloté, au centre de design Toyota ED²de Sophia-Antipolis. Un restylage "français" que la Vitz (clone de la Yaris produit et vendu au Japon) a elle aussi adopté. Allez ! osons un "cocorico".

Pour finir, rappelons quelques faits sur la Yaris :
- 3 millions d'exemplaires produits depuis sa sortie en 1999
- produite en France, à Valenciennes, depuis 2001
- 208.000 ventes en Europe en 2016, dont 40% d'hybrides
- 30.967 ventes en France en 2016 (15ème du top 100), dont 50% d'hybrides


Tout sur la  Yaris restylée en quelques lignes


 1 - Présentée à la presse le 7 février 2017
- Présentation au public lors du salon de Genève (mars 2017)
- Facelift développé en France au centre de design Toyota ED²
- 90 millions d'investissements
 2 - 3 et 5 portes
- Longueur 3.96m
- Largeur 1.70m
- Hauteur 1.51m
- Empattement 2.51m
- Coffre 286 litres
 3 900 pièces changées dont : feux avant, feux arrière, bouclier avant, bouclier arrière, forme du hayon, moulures de bas de portières, volant, aérateurs, écran d'information couleur 4.2"
 4 Disparation des moteurs :
- 1.3L essence VVT-i 100ch
- 1.4L diesel D-4D 90ch
 5 3 motorisations essence :
- 1.0L VVT-i 69ch, BM5
- 1.5L VVT-iE 111ch (nouveau), BM5 ou CVT
- 1.8L à compresseur volumétrique, 210ch, BM6 (version GRMN)
 6 1 motorisation hybride :
- 1.5L essence + bloc électrique = 100ch, avec boite CVT
 7 roues de 14 à 16"
 8 - 5 niveaux de finition : Active (entrée de gamme), France (finition intermédiaire), Dynamic (finition intermédiaire), Collection (présentation jeune), Chic (présentation raffinée).
- 2 niveaux de finition pour les entreprises : Active et Business
- 9 couleurs de peinture, dont le nouveau Bleu Nebula
 9 - Dèja disponible à la commande
- Premières livraison courant avril 2017 (début 2018 pour la version GRMN)
- Prix à partir de 14.150€ avec le moteur 1.0L 69ch
- Prix à partir de 16.200€ avec le moteur 1.5L 111ch
- Prix à partir de 19.450€ avec le moteur hybride




Nos photos prises au salon de Genève









Galerie de photos fournies par Toyota












RÉAGISSEZ SUR TWITTER


RÉAGISSEZ SUR FACEBOOK




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire