mercredi 2 mars 2016

Maserati Levante : Diversification nécessaire...


Après tout, ça a marché pour Porsche...Voilà la phrase qui a fait le tour des marques de luxe et de sport quand on s'est rendu compte que le Cayenne était un véritable succès et qu'il y avait une clientèle pour du SUV de luxe. Jaguar et Bentley s'y sont mis, c'est maintenant au tour de Maserati. Une idée qui ne date pas d'hier après deux concept-cars Kubang en 2003 et 2011 (lire cet article). D'ailleurs le Kubang de 2011 révélait déjà tout du Levante. A tel point qu'on a aujourd'hui une impression de déjà-vu.


Près de 5 ans pour passer du concept à la production... On n'est pas pressé chez Maserati. C'est vrai qu'il faut composer avec le boss du groupe FCA, Sergio Marchione, qui ne peut s'empêcher de reporter, suspendre ou annuler tous les projets en cours, mais rarement de les mener à bien en temps et en heure. Estimons-nous donc heureux que le projet Levante ait abouti ! Il était de toute façon nécessaire pour donner l'impulsion aux ventes de la marque au trident, les SUV étant aujourd'hui la seule manière de développer les ventes de manière importante.




Depuis le Kubang de 2011, les lignes ont été figées et peu de choses ont changé. C'est justement là le problème : on a l'impression de connaître le Levante depuis longtemps, très longtemps. L'effet de surprise n'est donc pas là, mais reconnaissons-lui une élégance que beaucoup de ses concurrents n'ont pas. Un peu plus d'agressivité n'aurait pas fait de mal, bien que la calandre carnassière fasse tout de même son effet. Par ailleurs, le Levante est long (5.00 mètres), imposant, mais malgré tout aérodynamique (Cx 0.31).


L'habitacle ne dépaysera pas les fans, et on y reconnaît le bon goût propre à la marque,  avec du cuir omniprésent, la montre au milieu du tableau de bord, et le juste équilibre entre sportivité et élégance. L'habitabilité promet d'être bonne, avec un empattement de 3.00 mètres favorisant l'espace à bord.


Zéro surprise sous le capot, puisque les moteurs sont déjà vus sur la Ghibli et/ou la Quattroporte, même si le Levante grapille quelques chevaux supplémentaires sur les V6 essence :
- V6 essence 3.0L 350ch, 251 km/h, 0 à 100 km/h en 6.0s
- V6 essence 3.0L 430ch, 264 km/h, 0 à 100 km/h en 5.2s
- V6 diesel 3.0L 275ch, 230 km/h, 0 à 100 km/h en 6.9s, conso mixte 7.2L/100

Tous les moteurs sont livrés avec une boite automatique de chez ZF à 8 rapports. Toute la gamme est disponible en 4 roues motrices (aucune version 2RM).

Les premiers Levante seront livrés en Mai 2016 pour le marché européen, quelques semaines plus tard pour le marché américain. Signe des temps, il sortira de l'usine Fiat de Mirafiori. Une usine géante qui ne produit plus de Fiat, qui marche au ralenti depuis des années, et qui a été restructurée pour fabriquer le SUV Maserati ainsi que d'autres véhicules prévus dans le plan de relance d'Alfa-Romeo.

Dans la catégorie des SUV premium, le Maserati est bien parti avec son dessin latin. On sait bien qu'il fera peu d'ombre aux ténors de la catégorie, mais ses ventes devrait être suffisantes pour permettre à Maserati d'approcher de son objectif de 75.000 véhicules par an en 2018.

A Lire Aussi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire