jeudi 4 septembre 2014

MAZDA MX-5 (ND) : une quatrième génération qui confirme le leadership


En 1989, quand Mazda présenta son premier Roadster MX-5, la marque prenait ça comme une petite fantaisie dans sa gamme ; une sorte de pied de nez d'hommage à une Grande-Bretagne ou une Italie qui n'étaient plus capables de produire de petits roadsters, alors que ces deux pays en étaient les spécialistes. Puis ce fut l'engouement inattendu. En 25 ans et trois générations (NA, NB et NC), le MX-5 s'est écoulée à 940.000 exemplaires. Autant dire que ça fait belle lurette qu'elle a détrôné la MGB du titre de roadster le plus vendu de l'histoire (environ 520.000 pour l'anglaise). Aujourd'hui, pour fêter son quart de siècle, le MX-5 s'offre une quatrième génération. Au programme : une évolution notable du dessin grâce Kodo Design, des moteurs SkyActiv efficients, des dimensions plus compactes et un poids en baisse importante. L'intérieur, fidèle à la tradition, reste toujours dépouillé. L'image de marque du MX-5 et la fiabilité Mazda feront le reste. Le cap du million ne devrait pas tarder à être atteint !






Quoi de neuf ?

En tant que véhicule de niche, le MX-5 n'est pas renouvelé aussi souvent que d'autres modèles de la gamme. La première génération avait duré 8 ans, la seconde aussi, la troisième aura duré 9 ans. Cette quatrième génération est donc un événement, d'autant plus qu'elle marque une rupture très nette en matière de style. Les trois premiers MX-5 ont évolué doucement, le quatrième affiche quelques courbes musclées inédites. Les petits phares semblent rendre hommage aux petites veilleuses de la première génération.

Comme c'est devenu la mode, le nouveau MX-5 a été présenté simultanément au Japon (Tokyo), aux Etats-Unis (Monterey) et en Europe. Chez nous, c'est en Espagne, à Barcelone que les festivités ont eu lieu. Et pas n'importe où puisque ça se passait dans le nouveau centre événementiel européen de Mazda, qui est implanté dans la dynamique ville espagnole et qui a été inauguré il y a une semaine. Belle entrée en matière pour cette structure !

L'anecdote

Le premier MX-5 de 1989 aurait pu être une gentille blague, une aventure sans lendemain qui se serait arrêtée au bout de quelques mois faute de ventes suffisantes. Après tout, tous les constructeurs européens (sauf Alfa-Romeo avec son antique Spider) avaient abdiqué, jugeant que les roadsters, c'était démodé. Il va de soi que, vu le succès rencontré, toutes les marques vont essayer de riposter pendant les années 90/2000. En vain ! Mazda est aujourd'hui le seul constructeur au monde à savoir fabriquer un petit roadster sympa, fiable et pas trop cher.

L'ironie du sort, c'est que ce nouveau MX-5, en vertu d'accords passés avec le groupe Fiat en 2012, servira de base à un roadster dont on ne connait pas encore le blason (Fiat ? Abarth ? Alfa-Romeo ?). Une conception japonaise pour un roadster italien ! Un scénario improbable qui va pourtant devenir prochainement réalité, vu que les italiens ont perdu tout leur savoir-faire en la matière.

En Bref

- commercialisation début 2015
- présentation au public au mondial de l'auto à Paris, début octobre 2014
- fabrication au Japon
- nouvelle plateforme spécifique
- le MX-5 est toujours une propulsion
- longueur 3.91m
- largeur 1.73m
- hauteur 1.23m
- empattement 2.31m
- poids en nette baisse : 1.025 kgs (1.160 pour le MX-5 NC).
- capote en toile uniquement disponible (pas encore de toit rigide rétractable)

Et après ?

A sa présentation le mois prochain à Paris, nous devrions en savoir plus sur les moteurs retenus, les équipeents et la tarification

A Lire Aussi

MAZDA 2 / DEMIO (3ème génération DJ) : le chaînon manquant 17 juillet 2014

Photos









Vidéo

Pour étayer ce que je vous disais plus haut, regardez donc cette vidéo officielle de présentation du nouveau MX-5, qui affirme sans honte aucune que Mazda a su garder vivante la tradition des petits roadsters. Beaucoup de blabla en stand up à la Steve Jobs, mais quelques jolies images d'archive.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire