samedi 25 janvier 2014

LINCOLN NAVIGATOR : le changement, c'est... plus tard


Jumeau bourgeois du Ford Expedition, le Navigator de troisième génération a été présenté en 2007. Éternel rival du Cadillac Escalade, on pouvait penser que Lincoln allait rebondir sur le renouvellement de ce dernier pour proposer quelque chose de nouveau. Il n'en sera rien, en tout cas pas avant deux ou trois ans. En attendant, il faut survivre. Le Navigator s'offre donc une profonde remise à jour.






Le Navigator ne cartonne plus comme à ses débuts. Les chiffres seront plus éloquents : 43.859 ventes par an aux USA en 1998, 8.613 en 2013. Les énormes SUV sont un peu passés de mode, et le Lincoln en fait les frais aujourd'hui. Pourtant, la filiale premium de Ford y croit encore, et lui offre de quoi tenir bon jusqu'à la relève.



A l'extérieur, le Navigator est transformé. Fini le bling-bling, et place à la calandre traditionnelle Lincoln en deux parties. L'arrière est affiné et abandonne le côté massif jusque là revendiqué. De nouvelles jantes de 20" à 22" sont proposées. On dirait presque un nouveau véhicule, et il n'y a guère que le profil pour nous rappeler que le Navigator est toujours un Ford Expedition amélioré, conçu sur la plateforme T1, et disponible en deux longueurs (5.27m ou 5.65m).


A l'intérieur, le tableau de bord n'a changé que sur des détails, mais la qualité des cuirs et autres matériaux s'est améliorée. L'équipement adopte toutes les dernières nouveautés. Et n'oublions pas qu'avec une telle longueur, le Navigator peut engloutir une sacré cargaison : de 513 à 2.925 litres en version courte, de 1.206 à 3.630 litres en version longue.


Mais l'évolution la plus notable ne se voit pas à l'oeil nu. Autrefois, un paquebot comme le Navigator ne pouvait se mouvoir qu'avec un gros V8. Signe des temps, Lincoln met le V8 5.4L au placard, et adopte le V6 3.5L Ecoboost de la maison mère. Fort de 370ch, le Navigator ne démérite pas avec un couple de 583 Nm.


Agréablement mis à jour, Le Navigator "3.2" n'en reste pas moins massif. Désormais, avec son V6 Ecoboost, il sera un peu plus citoyen. Une préoccupation nouvelle aux Etats-Unis, qui devrait pouvoir le maintenir à flot jusqu'à son remplacement. Toujours "Made in USA", il reste fabriqué dans le Kentucky, à Louisville. La commercialisation commencera exclusivement en Amérique du Nord à partir de cet automne. En attendant, sa présentation officielle aura lieu dans quelques jours, au salon de Chicago.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire