mercredi 21 août 2013

OPEL MONZA Concept - 2013


Le concept-car d'Opel pour le salon de Francfort s'appellera Monza. Monza, comme le coupé qui fut présenté lors de ce même salon 36 ans plus tôt, en 1977, et qui fut commercialisé de 1978 à 1986. Bizarre qu'Opel ait choisi de rendre hommage à cette voiture pas déplaisante, mais dont personne (à part les passionnés d'automobile) ne se souvient vraiment. Pour 2013, nous voilà devant un mix de coupé/break de chasse/berline à motorisation électrique (+ prolongateur d'autonomie) au goût de déjà vu.






Le Monza Concept évoque esthétiquement plusieurs véhicules : le Flextreme GT-E concept d'Opel en 2010 (pour la face avant), le Ford Evos Concept de 2011 (pour l'ouverture des portières), certains concept-cars Citroën (pour les baguettes de chrome bien visibles). En fait il évoque tout, sauf le coupé désormais vintage qui lui prête son nom.

Opel Monza Phase 1 (1977-1982)
Opel Monza Phase 2 (1982-1986)
Le coupé Monza est en effet une auto présentée en 1977 et qui fut produite jusqu'en 1986. La phase 1 fut vendue à 29.914 exemplaires de 1978 à 1982. La phase 2 à 16.594 exemplaires de 1982 à 1986. Un résultat honorable pour ce long coupé (4.69m) dont la version la plus puissante (GT-E) fut motorisée par un L6 de 2.8L de 180ch. La gamme commençait avec un 2.0L de 115ch. En fait, la Monza était sans concurrence à l'époque, et elle était pratiquement seule sur le créneau des grands coupé populaires. Certes, Mercedes et BMW proposaient des coupés aux dimensions identiques, mais pour beaucoup plus cher ! Développée sur la plateforme de la Rekord E et de la Senator A, la Monza s'est bien vendue... en Allemagne et n'a fait que de la figuration sur les autres marchés. Sauf peut-être en Grande-Bretagne où elle fut proposée par la marque sœur Vauxhall sous le nom de Royale Coupé. Elle ne fut pas remplaçée, sauf peut-être un peu plus tard par les versions hautes de la Calibra.


Le seul point commun entre la "vieille" Senator et sa réinterprétation de 2013 sera donc la longueur : 4.69m. Comme d'habitude on nous sort le blabla habituel comme quoi ce dessin épuré correspond aux prochaines productions de série de la marque au blitz. Simplicité et galbes subtils sont effectivement au programme de la Monza Concept. Si la vue de 3/4 arrière est séduisante, celle de profil l'est nettement moins. A l'avant, la barrette de calandre unique et moustachue donne une impression épurée. Tout aussi épuré est l'habitacle, qui s'offre à nous par des portières papillon très larges. Ouvertes, ces portières donnent accès aux places avant et arrière. Comme tout concept-car moderne, la Monza est ultra-connectée et projette toute sorte d'informations et de contenus multimédia un peu partout dans l'habitacle. Mais ne nous étalons pas sur ces gadgets qui ne sont là que pour faire parler dans les salons.



Abordons plutôt la motorisations choisie. Et comme le veut la tendance actuelle, point de 6 ou 8 cylindres, ni même un 4 cylindres turbocompressé. Non, la Monza est électrique avec prolongateur d'autonomie. Comme la Chevrolet Volt et l'Opel Ampera. A la différence près que le prolongateur est le récent 3 cylindres 1.0L Turbo SIDI qui carbure ici au gaz naturel. Opel n'a livré aucun chiffre de puissance, de performances ou de consommation. Mais le bilan écologique devrait être éloquent.



Il va sans dire que le coupé Monza Concept sera une des stars du salon de Francfort le mois prochain, qu'on l'aura oublié l'année prochaine et qu'il ne sera pas proposé en série.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire