dimanche 4 novembre 2012

Bienvenue à la HONDA N-ONE


L'histoire automobile est un éternel recommencement, et Honda nous l'a prouvé cette semaine en présentant sa nouvelle N-One. La marque, jusqu'à présent imperméable à la vague néo-rétro en vogue actuellement, rentre dans la danse, et reconnaît avoir pris pour inspiration la petite N360 des années 60.


-->


Cette petite N360 (photos ci-dessous) a en effet marqué la culture automobile au Japon à l'époque, au même titre que la Subaru 360, ou que les Mini, Renault 4, 2CV ou Coccinelle sur le vieux continent. Fin 1966, au moment de sa présentation, la catégorie des keijidoshas (ou kei-car), existait déjà. Réglementairement limitée en longueur (2.99 m), en largeur (1.29m) et en hauteur (1.34m), la N360 avait un moteur placé à l'avant d'une cylindrée elle aussi plafonnée à 360cc (d'où son nom), pour une puissance de 31ch. Elle était donc une traction avant. Elle fut vendue de 1967 à 1973 sur son marché national, mais également exportée vers d'autres pays comme les USA. Nous ne l'avons pas connue en France.







Au salon de Tokyo 2009, Honda avait déjà rendu hommage à la N360 avec le concept-car EV-N, qui a séduit pas mal de monde avec sa ligne pimpante et son habitacle dépouillé, mais sympa (voir photos ci-dessous). Le moteur électrique et le capteur solaire n'étaient par contre là que pour faire de l'esbrouffe. En tout cas, la réaction très positive du public à conforté Honda dans l'industrialisation d'une descendance à la N360.





La voici donc aujourd'hui. Présentée à Tokyo cette semaine, la N-One, puisque c'est son nom, attire immédiatement la sympathie, à l'image de l'EV-N. Certes, le pragmatisme du à sa mise en production a un peu atténué l'éclat du concept-car, mais il faut bien avouer que ce dernier, avec sa longueur limitée en son absence de coffre, ne pouvait pas être transposé tel quel.


Ainsi, l'EV-N avait trois portes, la N-One en a cinq. Argument qui n'est pas superflu pour une voiture destinée aux centre-villes congestionnés du Japon, et dont l'utilité sera aussi d'emmener les enfants à l'école, justifiant ainsi la présence d'ouvrant arrière.


Pas de surprise, les dimensions sont celles des kei-cars (longueur 3.39m, largeur 1.47m, hauteur 1.63m). Le moteur est bien sûr lui-aussi aux limites de la catégorie, qui ont été repoussées depuis 1966, puisque la cylindrée est de 660cc. Atmosphérique (58ch) ou turbocompressé (62ch), ce moteur 3 cylindres sera toujours associé à une boite CVT à variation continue, favorisant la consommation (de 4 à 5L/100). Une voiture écologiquement citoyenne donc, et Honda enfonce le clou en précisant qu'elle est recyclable à 90%. Mais comme prévu, les belles promesses du concept EV-N se sont envolées : pas de moteur électrique, ni capteur solaire.










Si les modèles d'accès seront proposés avec une présentation et un équipement corrects, une finition premium est aussi là pour batailler dans la guerre récente des citadines chics. La N-One Premium utilise donc tous les poncifs du genre (couleur du toit dépareillée, jantes alu, chrome ompniprésent, présentation intérieure chatoyante, importantes possibilités de personnalisation, etc...) pour séduire une clientèle urbaine en quête d'un peu de bling-bling. Ça devrait marcher au Japon.









La commercialisation de la N-One va bientôt commencer au Japon, et une exportation n'est pas envisagée à l'heure actuelle. Elle y sera vendue, selon les taux de change en vigueur actuellement, de 10.000 à 16.000 €. La N-One rejoint au Japon la N-Box présentée l'année dernière dans la nouvelle gamme N dédié aux keijidoshas.

Source et photos : HONDA


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire