lundi 3 septembre 2012

Bienvenue à la PEUGEOT 208 GTi


La présentation de la 208 GTi au salon de Paris n'étonnera personne, l'effet de surprise ayant été occulté par la présentation d'un concept-car qui dévoilait tout au dernier salon de Genève, au printemps dernier (lire cet article). Mais cette nouvelle petite bombe mettra, à n'en point douter, un peu de bonne humeur sur le stand Peugeot. Car le constructeur en a bien besoin, au regard de son actualité brulante de ces derniers mois.





Place à la nostalgie donc, avec une appellation GTI qui a fait les beaux jours de la 205 dans les années 80. Cette fameuse 205 qui sauva la marque à l'époque. Un rôle que la 208 doit reprendre aujourd'hui. Cela semble bien parti vu les premiers résultats commerciaux. Mais pour y parvenir plus facilement, un porte-drapeau tel que la GTi sera le bienvenu.


Cependant, 30 ans séparent la 205 GTi de la 208 GTi. Et là ou l'ancêtre se maintenait sous les 900 kilos, la nouvelle née affiche un chiffre moins flatteur (1.160 kilos), mais tout à fait correct de nos jours. Le 1.6L THP, développé avec BMW et désormais omniprésent chez Peugeot et Citroën, double la mise par rapport à la première 205 GTi de 1984 (200ch contre 105 en 1984). Les jantes sont passées de 14" à 17". Quant au style, il se veut agressif et épuré en même temps. On notera en particulier les coques de rétroviseurs chromées, la calandre 3D, la double sortie d'échappement, les jupes latérales, les étriers de frein rouges, les jantes diamantées ou la désormais célèbre barre chromée qui vient souligner les vitres latérales pour finalement afficher un sigle GTi triomphateur dans son extrémité arrière.


Les performances seront au rendez-vous, avec un 1000m DA expédié en 27s et un 0 à 100 km/h en 7s, la Vmax n'étant pas encore précisée. Le comportement routier est amélioré grâce à des voies avant et arrière élargies et un châssis rabaissé. Le freinage à quatre disques ventilés étant bien sur adapté à ces prétentions sportives. En parlant de sport, que les GTistes se rassurent : l'ESP est déconnectable.


L'intérieur est au diapason avec une sellerie mixte tissu/cuir Nappa et un rétroéclairage blanc et rouge de l'instrumentation. Au menu également : un volant sport en cuir, des ceintures de sécurité noires surpiquées en rouge, et des inserts laqués ou chromés ça et là.



Bien qu'aucun tarif ne soit encore communiqué, Peugeot annonce d'ores et déjà une série limitée de lancement. 50 exemplaires numérotée seront donc proposés avec une couleur unique (blanc nacré satiné), les couleurs de la France présentes sur la barre située sous la calandre et un équipement enrichi (Hifi et navigation en particulier). Les photos de cette série limitée sont celles qui illustrent cet article.


Source et photos : Peugeot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire