vendredi 10 août 2012

Décès de PAUL BERLIET : fin d'une époque

Crédit photo : Le progrès


Ce n'est qu'hier que la nouvelle est tombée : Paul Berliet, le fils de Marius Berliet, créateur de la firme éponyme, est décédé mardi 7 juillet 2012. On l'ignore peut-être, mais la prospère marque de poids-lourds Renault Trucks doit aujourd'hui beaucoup à Berliet, qui amena son expertise lors de la fusion de la marque avec Saviem (filiale de Renault) en 1978. Quant à Paul Berliet, c'est tout simplement lui qui a fait de Berliet une marque de premier plan, avant qu'elle ne s'efface sous le patronyme de RVI (Renault Véhicules Industriels) puis Renault Trucks.





Né le 5 octobre 1918, Paul intègre l'entreprise de son père (créée en 1901) en commençant par le bas, puis gravit les échelons jusqu'à ce que son père lui donne plus de responsabilités pendant la deuxième guerre mondiale. Comme Renault, Berliet sera soupçonné de collaboration économique avec les allemands, et la société sera confisquée, alors que Paul et son père Marius seront condamnés à de la prison ferme. Berliet devient alors un symbole de la gestion "à la communiste" dans laquelle les ouvriers sont maîtres, qui fera long feu. A tel point que l'état français, inquiet pour l'avenir de la marque, décide de redonner en 1949 la direction de l'entreprise à Paul Berliet, Marius étant décédé cette même année.


Les gros besoins en poids lourds pendant les trente glorieuses, et le sérieux de la firme feront de Berliet une marque française très prospère. Néanmoins, Michelin rachète la marque en 1967 qui est alors rattachée à Citroën. Mais sept ans plus tard, alors que Michelin revend Citroën à Peugeot, l'état français sort son carnet de chèque pour racheter Berliet, qui sera alors regroupée avec Saviem (la division poids lourds de la Regie Nationale des Usines Renault). La fusion de la Saviem et de Berliet est définitive en 1978. Ces deux noms commerciaux disparaissent des calandres en 1980 pour n'adopter que l'unique appellation RVI (Renault Véhicules Industriels). Paul Berliet en restera vice-président jusqu'en 1982, date de son départ à la retraite.

Paul Berliet profite de cette retraite pour se consacrer à la Fondation Marius Berliet, dont le rôle est de sauvegarder le patrimoine automobile de la région Rhône-Alpes, qui est le berceau de cette industrie en France. Cette fondation n'est pas uniquement dédiée à Berliet, mais aussi à d'autre firmes telles que Cottin Desgouttes, Rochet Schneider, Luc Court, etc..... Cela permet aussi de se souvenir que Berliet n'a pas été qu'un fabricant de poids lourds, mais aussi d'automobiles haut-de-gamme qui ont connu leur heure de gloire pendant l'entre-deux-guerres.

Une Berliet AI9 de 1911

Une Berliet AK4 de 1911

Une Berliet VTB électrique de 1924

Une Berliet VIRP de 1938


Paul Berliet va donc rejoindre les grands noms de l'industrie française, tels que André Citroën et Louis Renault. La tristesse doit être de mise, que ce soit du côté de la Fondation Marius Berliet, ou de celui des employés de Renault Trucks qui, même si elle est propriété de Volvo Trucks, savent que Paul Berliet est à l'origine de la bonne santé de la marque aujourd'hui.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire