vendredi 8 juin 2012

LOTUS : enfin libéré de Dany Bahar


Ambitieux, certainement. Mégalomane, assurément. Irresponsable, c'est maintenant prouvé. Dany Bahar, le sulfureux boss de Lotus, a enfin été viré par la maison mère DRB-Hicom, qui avait racheté le groupe automobile malaisien Proton il y a quelques mois. Et quand je dis "viré", je ne dis pas "remercié" comme c'est souvent le cas quand un PDG doit partir. Il y a peu de chances pour que Bahar s'en aille avec un parachute doré.





Mis à la tête de Lotus par Proton en septembre 2009, Bahar a depuis fait tout et n'importe quoi en toute impunité, sans que l'actionnaire ne lève le petit doigt. Au contraire, fin 2011, avant que DRB-Hicom ne rachète Proton, Bahar avait été confirmé dans ses fonctions. Pourtant déjà, le bilan était désastreux : ventes en berne, dépenses somptuaires, stratégie hasardeuse.

2010 - Lotus Esprit Concept
D'une marque vendant environ 2.000 exemplaires par an, Bahar souhaitait faire de Lotus le concurrent principal de Porsche. On se souviendra du pathétique salon de Paris 2010, où la surenchère était de mise avec 5 concept-cars (Elise, Elite, Elan, Esprit, Eterne) composant une gamme que Bahar soutenait vouloir commercialiser en moins de cinq ans. Il était bien le seul à en être convaincu, tant l'accueil de la presse fut désastreux, avec cette palanquée de modèles n'ayant plus grand chose à voir avec le passé de la marque.

2011 - Lotus-Renault (crédit Andrew Ferrero/LAT)

A partir de là, les annonces les plus farfelues se sont succédées : conception d'un V8 maison, engagement dans de nombreux programmes sportifs (dont la F1), étude d'une citadine concurrente des Mini et 500, construction d'une nouvelle usine, rappeur à la tête du design avec option bimbos écervelées, j'en passe et des meilleures. Et je ne parle même pas du procès fleuve de Lotus contre Team Lotus (maintenant Caterham) pour l'utilisation du légendaire nom Lotus dans le cadre du championnat du monde de F1. Alors oui, Dany Bahar a réussi son pari : faire parler de Lotus par tous les moyens. Mais jamais de manière positive pour la marque.

2010 - Lotus City Car Concept
Quand DRB-Hicom s'est penché depuis le début de cette année sur les comptes de Lotus, il n'a pas fallu longtemps pour se rendre compte que les dépenses en programmes sportifs, en frais de réception et de jets privés étaient injustifiées compte tenu de la taille de la petite marque anglaise. Déjà, il y a deux semaines, Dany Bahar avait été suspendu de ses fonctions, le temps qu'une enquête plus approfondie soit menée. Il est maintenant prouvé que Bahar n'a pas été un bon gestionnaire pour Lotus. Bien au contraire, il a mis à mal la pérennité de l’entreprise et s'est servi dans la caisse pour des besoins personnels (les frais de restauration de son manoir ont été payé par Lotus). Les fans de la marque peuvent donc se réjouir, ils sont désormais débarrassés de cet individu mégalomane.

2011 - Lotus Exige S V6

Encore un épisode malheureux pour la marque d'Hettel qui aura connu bien des galères. Bahar n'aimait pas la gamme actuelle (Elise, Exige, Evora) et avait hâte de la remplacer. Cette gamme est pourtant là pour quelques années encore ! Seule consolation : DRB-Hicom est déterminé à relancer la marque.

En bonus, les 6 concept-cars improbables présentés par Lotus sous la houlette de Dany Bahar en 2010, et qui ne connaîtront certainement jamais la joie de la production en série.

La City Car, conçue en collaboration avec la maison-mère d'alors, Proton.


La remplaçante de la célèbre Elise, dont le concept-car reprend le même nom.



La Lotus Elan Concept. Un nom légendaire pour une sportive au dessin anonyme.



La Lotus Elite Concept.



La Lotus Eterne Concept, où comment aller chasser aussi sur les terres de Maserati ou de la Porsche Panamera.



La Lotus Esprit Concept. Attendue depuis des années, elle semblait être la priorité de Dany Bahar. Encore loupé, on va pouvoir l'attendre encore longtemps.



Crédit photos : Lotus, sauf photos de la monoplace Lotus-Renault (Andrew Ferrero/LAT)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire