vendredi 13 avril 2012

Tout sur la RENAULT TWIZY


Soyons francs : ce blog n'a pas parlé du Twizy, le petit quadricycle biplace électrique de Renault, qui vient se placer en bas de la gamme ZE (Zéro Emission) de Renault. Il faut bien avouer que ce concept de véhicule à quatre roues et sans fenêtres (parfois même sans portes) est tout à fait inclassable. Pas vraiment moto, pas vraiment voiture, aucun article ne lui avait été consacré jusqu'à présent dans les colonnes de la Gazette Automobile. C'est en fait le mois dernier, lors du salon de Genève, que je me suis rendu compte de l'engouement suscité par ce sympathique véhicule, qui pourrait bien créer la surprise dans les prochains mois.





Le salon de Genève 2012 était en effet la première grande manifestation où la version définitive du Twizy a été présentée. Et force est de constater que le quadricycle électrique a volé la vedette à toutes les nouveautés présentes sur le stand Renault (nouvelle Zoe, Megane restylée, Scenic restylé). Alors que ce même stand avait été aménagé pour présenter en grandes pompes la Zoe, c'est bien autour de la demi-douzaine de Twizy présentes que la foule s'est massée. C'est bien simple : pour monter à bord d'une Twizy, il fallait attendre, voire faire la queue. Un scénario auquel ne devait pas s'attendre la marque au losange. Ci-dessous, les photos du salon de Genève.





Et, contre toute attente, ce sont bien des commentaires remplis de sympathie qu'on entendait dans toutes les bouches. Les visiteurs ont bien compris ce qu'était la Twizy. Ou plutôt ce qu'elle n'était pas : une voiture. Ils ont compris le concept commercialisé avec courage par Renault : un nouveau type de transport pour une personne (deux en dépannage), à la présentation basique et sans aucune pollution émise par le moteur électrique.



A propos de ce moteur, Renault ratisse large, draguant d'une part les majeurs titulaire d'un permis B (Twizy normale), mais également les jeunes de 16 ans titulaire d'un brevet de sécurité routière (Twizy 45). Pour les premiers est proposé un moteur électrique de 17ch avec un couple de 57 Nm et associé à un boite à vitesse unique. Il est capable de monter jusqu'à 80 km/h, ce qui confirme son caractère uniquement citadin et éventuellement extra-urbain. Pour les seconds, ce même moteur est dégonflé à 5ch seulement (couple de 33 Nm) et est bridé à 45 km/h, ce qui limite forcément son rayon d'action à la ville pure.



Équipées d'un câble spiralé de 3 mètres caché dans le bouclier avant, les deux versions sont rechargeables sur une prise domestique standard en 3h30 seulement. Les batteries sont au lithium-ion. L'autonomie, dans le meilleur des cas, atteindra 100 kilomètres. Mais il vaut mieux revoir ce chiffre à 70-80 kilomètres.


Comme on l'a dit plus haut, le Twizy est inclassable. Et il reprend des éléments aux deux mondes de l'auto et de la moto. A la voiture, il pioche les quatre roues avec freins à disques, les ceintures de sécurité, l'airbag frontal conducteur et la position de conduite avec volant et siège. A la moto, il prend l'encombrement (2.4m de longueur, moins qu'une Smart), la conduite à l'air libre (pas de fenêtres, même sur les version à portes), une instrumentation réduite, un rayon de braquage surprenant (seulement 3.4m) et la possibilité de rouler à deux. Une solution de dépannage cependant, tant le passager se retrouvera dans une position bien peu confortable à l'arrière, avec les jambes grandes écartées des deux côtés du siège conducteur. A noter la présence d'un toit vitré.


La présentation est très basique, le tableau de bord étant réduit à l'essentiel. Idem pour l'équipement, la conduite sans fenêtres ayant condamné tous les équipements de confort (pas de chauffage, pas de clim, pas de vitres électriques, pas de condamnation centralisée). A condamner : pas d'ABS même en option. Pire encore : pas de servo-frein, donc courbatures aux mollets en perspective. Quant aux rangements, ils se limitent à deux petites boites à gants (dont une verrouillable) et un petit coffre fermé sous le siège passager.




Que ce soit dans sa version normale ou bridée (700 € d'écart entre les deux), la Twizy est disponible en trois finitions :
- URBAN
Prix Twizy 45 : 6.990 €, Prix Twizy : 7.490 €
Equipement : Avertisseur sonore, ordinateur de bord, Airbag conducteur, 4 freins à disques, ceintures de sécurité avant et arrière, colonne de direction et frein à main verrouillables à l'arrêt, prise 12V, jantes avec enjoliveurs gris, désembuage pare-brise et pré-équipement radio (ces deux derniers équipement étant en série sur la Twizy normale et en option dans un pack "Confort" à 100 € sur la Twizy 45).
- COLOR
Prix Twizy 45 : 7.290€, Prix Twizy : 7.990 €
Equipement : Finition Urban + stickers sur boite à gants et portes (si option porte choisie) + toit coloré (rouge, vert ou bleu) + Sellerie Nubuck colorée (rouge, verte ou bleue) + enjoliveurs blancs + surtapis.
- TECHNIC
Prix Twizy 45 : 7.790 €, Prix Twizy : 8.490 €
Equipement : Finition Color + jantes alliage + peinture métallisée bi-ton


A propos des portières, si elles sont omniprésentes sur les photos présentées à la presse, il est à déplorer qu'elles soient en option sur toutes les finitions. Ainsi, peu importe la Twizy que vous aurez choisie, il vous faudra débourser 590€ si vous souhaitez en avoir. Tout ça pour des portières à l'ouverture en élytre peu pratique et à l'aspect qualitatif peu convaincant. Peut-être un des points faibles du véhicule.


Abordons un autre sujet sensible : celui de la location des batteries. Si vous pensiez rouler de manière non polluante, mais aussi économique : oubliez ça ! Selon la durée de location que vous aurez choisie (de 12 à 72 mois) et le nombre de kilomètres par an que vous comptez effectuer (de 7.500 à 15.000), il vous en coûtera de 50 à 72 € par mois. Un montant qui, cumulé à l'électricité nécessaire pour recharger votre véhicule, anéantira les économies de carburant qu vous comptiez obtenir. Seule consolation : ce montant mensuel comprend également une assistance pour tout type de panne.


La conclusion de cet article, c'est que le Twizy attire la sympathie. Et d'après les premiers essais effectués par la presse, le fun est bien présent dans sa conduite. L'aspect environnemental est convaincant, de même que la recharge relativement rapide des batteries. Des qualités qui ne doivent pas faire oublier l'équipement et la présentation sommaires, des aspects pratiques inexistants, ainsi qu'un système de location de batterie qui en découragera plus d'un. Mais il faut prendre le Twizy tel qu'il est : une possibilité de rouler différemment et de manière citoyenne. En étant pionnier sur ce marché, Il se pourrait bien que Renault puisse populariser la conduite électrique au plus grand nombre.

 Ci-dessous, une vidéo d'essai de l'Auto-Journal, via YouTube.


Source : Renault
Crédit photos : La Gazette Automobile & Renault

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire