dimanche 11 mars 2012

FORD B-MAX : la gamme, les prix


Plus que par son style plutôt passe-partout, c'est surtout par sa configuration sans montant central que le B-Max fait parler de lui en ce moment au salon de Genève. On ne s'en rend pas compte, mais cela représente un tour de force de se passer de cet élément indispensable à la rigidité et à la sécurité en cas d'accident. La deuxième innovation vient de l'arrivée du nouveau moteur 1.0L Ecoboost très économique.





Le B-Max est le remplaçant du petit Fusion, sorte de version break de l'ancienne Fiesta, et qui aura connu une carrière longue, mais honorable. Pour le B-Max, Ford voulait frapper fort et le sortir de l'anonymat. Cela aurait pu être possible si le B-Max ne reprenait pas des gimmicks vus et revus sur toute la gamme Ford, lui enlevant toute personnalité. Mais ne crachons pas sur cette nouveauté qui reste tout de même agréable à regarder.


Pas la peine de revenir sur l'absence de pied-milieu qui a été abordée dans tous les médias, et penchons nous sur l'offre moteur, à commencer par les blocs essence. En entrée de gamme, c'est le 1.4L de 90ch qui ouvre le bal. Au dessus, le 1.6L de 105ch ne doit sa présence qu'à son association avec la boite PowerShift. Puis pour finir, le fameux moteur EcoBoost de seulement 1.0L et trois cylindres, affichant une puissance flatteuse de 120ch, et surtout une consommation de seulement 4.9L/100 (114g/km de CO2). Côté diesel, le 1.5 TDCi de 75ch représente l'offre de départ, le 1.6L TDCi de 95ch se plaçant au-dessus (avec une consommation mixte de 4.0L/100 et 104g/km de CO2).


Quatre niveaux de finition sont disponibles :
- Ambiente : avec le moteur 1.4L 90ch (15.800 €) et le 1.5L TDCi 75ch (18.050 €)
- Trend : avec le moteur 1.4L 90ch (17.350 €), le 1.0L Ecoboost 120ch (19.050 €), le 1.5L TDCi 75ch (19.050 €) et le 1.6L TDCi 95ch (19.900 €)
- Titanium : avec le moteur 1.4L 90ch (18.550 €), le 1.6L 105ch avec boite PowerShift (20.250 €), le 1.0L EcoBoost 120ch (20.250 €), le 1.5L TDCi 75ch (20.250 €) et le 1.6L TDCi 95ch (21.100 €)
- Titanium X : avec le moteur 1.6L 105 et boite PowerShift (21.450 €), le 1.0L Ecoboost 120ch (21.450 €) et le 1.6L TDCi 95ch (22.300 €).


Le B-Max arrivera en concession à l'automne. D'ici là vous aurez le temps de vous habituer... à ne pas le confondre avec le C-Max.





Source et photos : Ford

3 commentaires:

  1. Salut à tous !
    Je dois rire à lire la pub de Ford pour son B MAx et Ford doit avoir la mémoire courte et exagérer un peu ( beaucoup? hum!) en annonçant " être les premiers" à sortir ce genre de véhicule sans montants latéraux et verticaux situés entre les portes avant traditionnelles et arrière coulissantes .
    Hélas pour Ford,il n'y a rien de nouveau sous le soleil quant au principe d'un tel châssis automobile rigidifié et renforcé au point de se permettre l'absence de ces montants.
    C'est même il y a tout juste 30 ans, cette année- nous sommes bien en 2012- que Nissan a sorti sa première " PRAIRIE 1,5l " avec portes coulissantes à l'arrière et absence des montants- butées de portières latérales. Merci Nissan !
    Je viens d'ailleurs de vendre- avec regrets mais heureusement aussi à... un collectionneur , -je ne voulais pas la voir filer à la casse - ma Nissan Prairie 1500 de ..1988 qui aura loyalement parcouru 170.000 kms dont les derniers 80.000 kms en 16 ans, sans vidange et avec toujours les mêmes bougies - ma voiture test, en quelque sorte-.
    De 2, ce collectionneur va en refaire une correcte.
    Un petit lien vaut mieux qu'un long discours: suffit de taper " Nissan prairie 1982 " dans " google image " pour l'apercevoir.Peu de gens se souviennent, d'ailleurs, de ce modèle angulaire muni d'une surface vitrée impressionnante.
    Géniale avant-gardiste car première du genre,cette Nissan (anciennement Datsun) Prairie avait,entre autres, un volant réglable en hauteur,une boîte 5 vitesses,la trappe de réservoir et le hayon arrière dont l'ouverture se commandait depuis le siège-conducteur . Ce hayon comprenait une partie du pare-chocs et s'ouvrait jusqu'au raz du plancher:gébial ! La charette- cadddie- des grandes surfaces- Carrefour, Delhaize, Auchan, Leclerc et autres -rentrait en partie dans la voiture de sorte qu'en cas de pluie, on n'était pas mouillés lorsque l'on déchargeait les courses sous la pluie :on n'était pas mouillés !Une palette de 1m de côté rentrait dedans comme un gant. Waouwww! Consommation : 9,24l/100kms essence uniquement. si, à l'époque, Nissan l'avait munie d'un moteur diesel, Nissan aurait doublé ou triplé la vente de ce modèle très pratique dans lequel " on montait en voiture ".
    Ford s'en est sûrement bien inspiré de ce modèle ... jusqu'à la couleur brunâtre des premiers modèles dont la mienne !
    Il est certain que le modèle B MAX que Ford vient de sortir a corrigé et amélioré les imperfections rencontrés sur la Prairie : mieux insonorisées,finitions plus soignées, avec moins de jeu des guide de portières coulissante s, probablement .Le confort d'une bagnole du 21 eme siècle,quoi! Avec une motorisation nettement plus élaborée bourrée d'électronique qui ne nous permet plus de mettre la main dans le cambouis, sa consommation en carburant doit avoir bien chutée ! Je suis curieux de la découvrir bientôt dans les garages Ford, ici à Bruxelles.
    Le " devoir de mémoire correctif "- avec 2 "r", oui, oui- m'imposait de venir poster et rappeler ces quelques détails historiques du mode automobile ! Bonne route à toutes et tous ! Ciao ! Tchotto .

    RépondreSupprimer
  2. Précision et correction orthographique de mon précédant message :
    1) cette voiture Nissan Prairie sans montants latéraux a bien été construite " en série "contrairement à l'annonce dans un des articles précédant qui déclare que Ford est le premier à le produire " en série " . Hummmm!
    Dans la dernière phrase de mon texte ci-avant, il faut lire " ....quelques détails historiques du monde ( et pas du mode) automobile .
    Je rajoute que la banquette arrière de la Prairie était rabattable soit le dossier seul, soir entièrement : ce qui offrait un volume de chargement inégalé que l'on ne retrouve pas chez Ford. A moins que Ford n'ait installé 2 sièges arrière amovibles, bien sûr ! mais je suis curieux de voir la proposition de Ford "de visu" .
    Un lien vers cette Nissan Prairie des années 1980 ....-->
    [img]http://www.nissanfanblog.de/wp-content/gallery/nissan-prairie-2012/thumbs/thumbs_nissan_prairie_1982_2012.jpg[/img]
    Enjoy driving ! Ciao ! Tchotto.

    RépondreSupprimer
  3. @ anonyme. Merci pour toutes ces précisions, je reconnais que j'avais totalement oublié que ce bon vieux nissan prairie avait lui aussi frappé fort à l'époque, 30 ans avant le B-Max ! Comme quoi la communication chez un grand constructeur peut tout nous faire croire aujourd'hui, car Ford s'est bien gardé de dire qu'il n'était pas l'inventeur du concept.

    RépondreSupprimer