lundi 19 décembre 2011

SAAB, le feuilleton : THE END


Ce 19 décembre 2011 restera une date noire pour le monde automobile, puisqu'elle marque la fin d'une de ses marques les plus singulières : le suédois Saab. Après des mois d'agonie, le couperet est donc tombé, et c'est maintenant la liquidation pure et simple qui va commencer. Victor Muller a eu beau se battre comme un diable et se montrer transparent, son amateurisme était de trop face à la mauvaise volonté de General Motors et aux bouffonneries des chinois.



SAAB 92
Saab était une marque jeune puisque sa première automobile, la 92, ne date que de 1949. La marque a toujours fait avec les moyens du bord pour évoluer tout doucement, elle fusionna en 1964 avec le constructeur de poids lourds suédois Scania et elle vivota jusqu'en 1978, quand la 900 fut présentée. C'est avec cette dernière que Saab connaîtra la gloire internationale. Dans les années 80, Saab élargit sa gamme vers le haut en collaborant avec le groupe Fiat pour la 9000.

SAAB 95
SAAB 900 (1ère génération)
SAAB 9000
Dans l'espoir de développer encore plus ses ventes, Saab Automobile vend la moitié de son capital à General Motors en 1990. La marque se désolidarise petit à petit de Scania et General Motors en possède la totalité en 2000. Comme à son habitude, le groupe américain ne sait pas trop quoi faire de son dernier joujou et se révèle incapable de rendre rentable sa filiale suédoise. Malgré la standardisation à outrance (plateformes Opel, moteurs diesel), Saab réussit à garder son image et son originalité. Mais avec seulement 4 réelles nouveautés en 20 ans, les ventes ne décolleront jamais, réalisant au mieux entre 150.000 et 200.000 ventes par an.


Saab était trop originale, trop loin des clichés de la grande production pour General Motors. Le groupe américain, en faillite et totalement restructuré en 2009, décide d’arrêter les frais et de liquider Saab. Victor Muller, propriétaire de la petite marque Spyker, se bat pour récupérer la marque et les usines suédoises. Il y parvient début 2010, et GM réussit à récupérer quelques millions. La suite, vous la connaissez : en 2011, étranglée par ses créanciers, Saab se voit contrainte de suspendre sa production. Après le bluff du chinois Hawtai, ce sont Pang Da et Youngman (du même pays) qui sont sur les rangs. L'affaire était presque conclue quand General Motors, qui fournit toujours ses technologies aux 9-3, 9-4x et 9-5, a bloqué la vente avec grande obstination. Comme GM refuse que Saab revienne à un constructeur chinois, et comme il semble que le salut de la marque ne puisse venir que de ce pays, la situation était totalement bouchée. Cela nous mène à ce jour funeste. Du beau gâchis dont seul GM a le secret puisqu'en dix ans, la marque a déjà liquidé deux jeunes marques (Saturn et Hummer) et deux marques centenaires (Oldsmobile et Pontiac).

Le concept-car SAAB Phoenix au salon de Genève 2011 (le dernier de la marque)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire