mercredi 14 décembre 2011

Les héritiers de Louis Renault attaquent l'Etat français


Les petits enfants de Louis Renault ont décidé de revenir sur une période obscure de l'histoire de la marque Renault et de leur grand-père. En 1945, à la fin de la seconde guerre mondiale, Louis Renault, alors propriétaire de sa marque, a été emprisonné pour collaboration avec l'ennemi allemand. Dans la foulée, Renault a été nationalisée et est devenue régie d'Etat, sans aucune indemnité. Louis Renault, décédé en prison dans les mois qui ont suivi son emprisonnement, n'a jamais pu être jugé et on n'a jamais pu définir jusqu'à quel niveau il a pu collaborer de manière volontaire avec les allemands. Ce dernier reconnaissait la fourniture de véhicules à l'armée allemande, mais estimait que cela s'était fait sous la contrainte. Il est également à déplorer que Renault soit la seule marque à avoir subi une telle sanction de nationalisation, sans aucun procès, alors que de nombreuses entreprises dont la collaboration a été avérée ont continué leur chemin. Les héritiers de Louis Renault demandent donc aujourd'hui réparation et réhabilitation de la mémoire de leur grand-père.
Pour en savoir plus sur ce malheureux épisode de la marque au losange, je ne peux que vous conseiller cet article très complet rédigé par Vincent Desmonts sur son blog passionnant "Route Ouverte".

2 commentaires:

  1. Merci pour la pub :o)

    Oui, l'injustice qui a frappé Louis Renault est d'autant plus terrible qu'aujourd'hui encore, certains historiens et journalistes osent encore s'en tenir à la "version officielle" de 1945, promue par les FTP, la CGT et le PCF qui avaient tellement envie de régler leurs comptes avec le "Seigneur de Billancourt". Sans doute ces gens-là trouvent-ils également des excuses aux assassins d'un autre patron de Renault, le regretté Georges Besse, abattu froidement en novembre 1986 par les illuminés d'Action Directe...

    RépondreSupprimer
  2. @ vincent
    Il est dur pour moi de revenir sur des évènements qui ont eu lieu bien avant ma naissance. Mais il est clair que, coupable ou non, Louis Renault a été dépossédé de son entreprise d'une manière tout à fait abusive, même pour l'époque.

    RépondreSupprimer