samedi 17 décembre 2011

LA 4L A 50 ANS !!!!! Troisième partie : Les années 80 et 90


Dans la première partie et la seconde partie, nous avons retracé les deux premières décennies de la Renault 4, qui a déjà été restylée à deux reprises en 1967 et 1974, et qui a subi depuis sa sortie en 1961 de lentes et progressives améliorations mécaniques et de confort. En 1978, la Renault 4 est prête à attaquer les années 80 avec l'apparition d'une version GTL dont personne ne se doute encore qu'elle lui permettra de durer jusqu'en 1992.






Mais pour cela, il reste une dernière petite mise à jour à effectuer sur la Renault 4. Son tableau de bord a bien peu évolué depuis le début de sa carrière, et sa qualité de fabrication est devenue franchement désinvolte. En 1982, un vent de modernisme vient donc souffler dans son habitacle désuet. Une nouvelle planche de bord, très inspirée de celle de la Renault 5, vient avantageusement remplacer l'ancienne et permettra à la Renault 4 de finir tranquillement ses dix dernières années de carrière. Le rétroviseur intérieur, qui semblait à jamais fossilisé sur le dessus de l'ancien tableau de bord, rejoint enfin le haut du pare-brise.


Auparavant, en 1981, la série limitée "Jogging" avait proposé une présentation plus joyeuse, avec en particulier une calandre, des pare-chocs et des protections latérales de couleur bleue associés à une peinture blanche.


Incroyable, en 1983, les freins avant reçoivent des disques en lieu et place des bons vieux tambours. Et en 1984, le pare-brise avant devient feuilleté.

Renault 4 Sixties - 1985
En 1985, le cap des 7 miilions d'exemplaires est atteint. Renault en profite pour sortir une série limitée "Sixties" très agréablement présentée, avec ses peintures joyeuses (jaune, bleu ou rouge), ses protections latérales noires, ses pare-chocs noirs, sa calandre noire, ses sièges et garnitures de portes multicolores, et surtout ses deux toits ouvrants et transparents (la base est la GTL).

Renault 4 TL Savane - 1986
En 1986, il ne subsiste plus que deux versions de la Renault 4, venant désormais de Yougoslavie. La TL est ainsi renomée "TL Clan" sans changement notable (moteur 956cc de 34ch fonctionnant à l'essence ordinaire). La GTL devient "GTL Savane", toujours avec son moteur de 1108cc (34ch aussi) fonctionnant au super. La calandre grise, jusque là réservée à la GTL, est généralisée à toute la gamme.

Renault 4 GTL Clan - 1988
En 1988, la production des fourgonnettes F4 et F6 s'arrête. Le Renault Express, beaucoup plus moderne, a pris le dessus. 2 millions de fourgonnettes R4 auront été produites.

Renault 4 F6 - 1986
Renault 4 F4 "La Poste" - 1988
Largement rentabilisée, la gamme évoluera une dernière fois en 1989, quand les deux modèles restants adopteront les appuie-têtes avant, le deuxième rétroviseur extérieur et un feu antibrouillard à l'arrière. Un luxe pour la R4 qui a toujours été dépouillée, et que Renault offre un peu à contrecoeur (Renault comme PSA s'étaient engagé à fournir un minimum d'éléments de sécurité dans les voitures qui en étaient privées).

Renault 4  TL Savane - 1991
En 1991, la Renault 4 s'offre une dernière fantaisie : la série limitée "Carte Jeune", basée sur une TL, avec une peinture jaune paille.


Bien que la R4 soit maintenant produite dans un pays à bas coût (la Yougoslavie), ce n'est pas pour autant que les prix ont baissé, bien au contraire : Renault en augmente chaque année son prix. La GTL clan finira donc sa carrière à 50.500 Francs en 1992  alors qu'elle s'échangeait contre 43.900 Francs six ans auparavant.

Renault 4 TL "Gendarmerie" - 1992
Mais de toute façon, la Renault 4 se sait condamnée car il n'est plus guère possible de la faire évoluer. Et ce n'est plus la volonté de Renault, qui a mis en chantier depuis quelques années sa remplaçante : la Twingo. Si le concept de la nouvelle petite Renault a pris une toute autre orientation (voiture monovolume à trois portes, avec banquette coulissante), sa philosophie de voiture pratique et minimaliste est toujours là. De sa glorieuse ancêtre, la Twingo ne reprend qu'un seul élément, et non des moindres : son moteur Cléon Fonte, intensément remis à jour pour répondre aux nouvelles normes environnementales. La cylindrée est augmentée (1239cc) ainsi que la puissance (55ch). Le prix reste doux : 55.000 Francs.

Renault 4 GTL Clan "Bye-Bye" - 1992
Renault 4 GTL Clan "Bye-Bye" - 1992
La brave Renault 4, après 31 ans de carrière, tire sa révérence après 8.135.424 exemplaires, ce qui en fait la voiture française la plus produite de l'histoire (en une seule génération). Poussée vers la sortie par l'ambitieuse Twingo, elle se paye le luxe d'une dernière série limitée : la "Bye Bye". Ce seront les 1.000 dernières Renault 4 fabriquées en 1992, qui se caractérisent par une plaque numérotée.

Renault 4 F4 "Darty" - 1986
Aide précieuse en campagne, seconde voiture idéale en ville, adulée par les jeunes conducteurs, choix incontournable chez les familles à petit budget, meilleure amie des apprentis-mécaniciens, outil de travail indispensable pour les gendarmes ou les facteurs, star chez Darty, reine des rallyes-raid : rarement une voiture aura autant fait l'unanimité en France. Voilà l'exploit de la Renault 4 : avoir su séduire toutes les couches de la population. Verra-t-on un jour de nouveau une voiture dont la simplicité figurerait en haut du cahier des charges ? Chez Renault probablement pas. Mais pourquoi pas chez Dacia ?



1 commentaire:

  1. une voiture sur laquelle on a fait les essais d'amelioration de toute la gamme
    un ancien de l'ex DODM

    RépondreSupprimer