lundi 26 décembre 2011

DODGE NITRO : on arrête les frais


Cette fin d'année 2011 est placée sous le signe d'épuration de la gamme chez Dodge. Deux modèles passent ainsi à la trappe : le Caliber (voir cet article) et le Nitro. Pour le dernier nommé, il est déjà incroyable qu'il ait réussi à survivre si longtemps, tant ses immatriculations étaient pitoyables (environ 20.000 exemplaires en 2009 et 2010 aux USA), et tant le nouveau boss de Fiat/Chrysler, Sergio Marchionne, le détestait. Si le Caliber sera prochainement remplacé par la nouvelle Dart, le Nitro n'aura pas de descendance.





Présenté sous la forme d'un concept-car en février 2005 au salon de Chicago, le Nitro fut mis en production aux Etats-Unis dès l'année suivante. Pour sa première année entière de commercialisation, en 2007, il afficha des chiffres prometteurs aux USA (près de 75.000 ventes). Puis il s'écroula dès l'année suivante en affichant un chiffre moitié moindre (36.000 ventes). En 2009, il perdait encore 50% avec seulement 17.000 immatriculations. Un désastre.

 Dodge Nitro Concept - 2005

Il faut dire que le Nitro avait trois problèmes : une qualité de fabrication franchement pitoyable pour un grand groupe américain, un segment de marché pratiquement inconnu chez Dodge (les SUV compacts), et la concurrence interne du Jeep Liberty/Cherokee dont il reprenait plate-forme, moteurs et de très nombreux éléments. Ajoutons une offre moteur limitée à deux moteurs V6 assoiffés, l'abandon du groupe Chrysler par Daimler en 2007, et pour finir la faillite de Chrysler en 2009. Vous comprendrez que la vie de ce modèle n'a pas été un long fleuve tranquille. Et il n'y avait pas de seconde chance possible pour lui puisque dès son arrivée à la tête de Chrysler en 2009, Sergio Marchionne a considéré le Nitro comme une erreur qui n'aurait jamais du voir le jour.



Même débâcle pour l'Europe puisque le Nitro y a été vendu de mi-2007 à mi-2011, sans aucun succès. Avec le Caliber, il a fait partie des premiers modèles qui marquaient le retour de la marque Dodge en Europe. Le but était d'y proposer une offre pleine de personnalité. Arrivé au plus mauvais moment, c'est à dire en pleine tourmente pour le groupe Chrysler, le Nitro fera un flop, malgré un prix alléchant et la présence exclusive d'un moteur diesel VM sous son capot. Il disparaîtra en même temps que le retrait de la marque Dodge en Europe, en juin 2011 (voir cet article).




Le Nitro était construit dans l'usine de Toledo dans l'Ohio (Etats-Unis), auprès de son cousin Jeep Liberty/Cherokee. Le dernier exemplaire a quitté les chaînes il y a dix jours, après 275.000 exemplaires produits. Encore un modèle qui alimentera dans quelques années la rubrique des ratages du groupe Chrysler.


Dodge Nitro Detonator (USA) - 2010
Source et photos : Chrysler/Dodge

8 commentaires:

  1. ET BIEN MOI JE TROUVE QU IL EST SUPER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. en effet, son look très viril aurait pu faire pardonner quelques errements au niveau de la qualité de fabrication. Mais le nitro est arrivé au mauvais moment.

    RépondreSupprimer
  3. J en possede un rt et ca marche fort et agreable niquel

    RépondreSupprimer
  4. @ eric juno : a priori, les rares acheteurs français du nitro semblent en être satisfaits. Et il faut avouer qu'il a de la "gueule". Alors en version R/T....

    RépondreSupprimer
  5. Moi j.aime bien je vais peut etre en acheter un je le trouve vraiment bien

    RépondreSupprimer
  6. Et moi aussi je surkiffe ce Suv il a de l'allure mm si l'intérieur reste très simple au niveau finition..d'ailleurs je pense en faire l'acquisition

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En faire l'acquisition peut être un achat malin. D'un part pour rouler différent (tu vas étonner tes voisins avec). D'autre part parce que le Nitro possède énormément de pièces mécaniques en commun avec le Jeep Cherokee, dont pas trop de galère pour trouver des pièces. Et puis, il n'y a pas à dire, mais quel look !

      Supprimer