mardi 15 novembre 2011

PSA : 6.000 postes supprimés... en Europe bien sûr


Objectif ? faire 800 millions d'euros d'économies. Prétexte ? Une hypothétique chute des immatriculations en Europe. Projets ? Construire le plus rapidement possible de nouvelles usines en Amérique du Sud, en Inde et en Chine. La mondialisation cynique est désormais bien installée dans les hautes sphères de chez PSA Peugeot-Citroën. Pour le plus grand bonheur des 6.000 employés européens qui vont perdre leur emploi.


En France, environ 5.000 postes devraient disparaître, mais sans plan social. En effet, 2.500 concernent des entreprises extérieures qui seront remerciées, et 800 intérimaires seront invités a rester chez eux. Le reste sera composé de départs à la retraite non remplacés et de reclassements en interne. Ce ne sont pas les ouvriers sur les chaînes de production qui seront les plus touchés (1.000 postes supprimés), mais les services R&D. Le site de Sochaux sera le plus impacté avec 1.000 suppressions d'emploi, tandis que le magasin de pièces détachées de Melun-Sénart fermera carrément ses portes.

Parmi les grands groupes automobile européens, deux ont vu leurs immatriculations baisser fortement depuis début 2011 : FIAT et PSA (près de -8%). Pour le groupe italien, on a une explication : Sergio Marchionne a clairement négligé ses marques européennes (Fiat, Alfa-Romeo et Lancia) pour se focaliser sur les américaines (Chrysler, Dodge, Jeep, Ram). Dans le cas de PSA, il faudrait peut-être remettre en cause la stratégie de l'entreprise, qui n'est visiblement pas la bonne, en Europe en tout cas. Comment expliquer que le groupe Volkswagen, avec un portefeuille de marque plus important, affiche des ventes en hausse sur ce marché "dégradé" (comme on se plait à le dire chez PSA) qu'est l'Europe. Le groupe allemand fait actuellement tellement de bénéfices qu'il ne sait plus quoi faire de son argent !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire