lundi 28 novembre 2011

BRANDT Citélec : un nouvel utilitaire électrique français



Un nouveau marché est en train de se créer en France, celui des petits utilitaires électriques. Les principaux clients sont les municipalités, mais aussi des entreprises ayant un rayon d'action local, donc un besoin en autonomie réduit. On a pu voir le mois dernier qu'il existe un réel besoin en véhicules de ce type, après que Renault ait signé un contrat de fournitures de 15.000 Kangoo auprès de l'administration française. De nouveaux arrivants sont bien décidés à obtenir leur part du gâteau. Parmi eux : Brandt Motors qui vient de présenter son Citélec au salon des maires.




Malgré les apparences, ce n'est pas le groupe d'électro-ménager Fagor-Brandt qui est à l'origine de ce projet, mais la société Lyonnaise SITL (Société d'Innovation et de Technologie Lyonnaise). Cette dernière a racheté au premier semestre 2011 le site historique de Fagor-Brandt, dans le 7ème arrondissement de Lyon, qui produisait jusqu'à maintenant des lave-linges. SITL reste encore pendant quelques mois un sous-traitant de Fagor-Brandt pour la construction de ces lave-linges, mais la production sera définitivement délocalisée en Pologne d'ici peu. Il fallait donc un nouveau produit pour maintenir l'emploi à Lyon.

Fagor-Brandt, malgré son départ de Lyon, a tenu à participer à cette reconversion et est actionnaire à 10% de SITL. Cela explique pourquoi la dénomination "Brandt Motors" a été possible. Cela permettra à SITL de s'appuyer sur un nom connu de tous et de profiter de cette notoriété pour placer ses utilitaires dans les appels d'offre. C'est en juin 2012 que l'aventure commencera pour le nouveau venu : le Citélec.


Le Citélec est un petit fourgon capable de transporter deux palettes et 600 kilos de charge utile. Mais bien d'autres variantes seront disponibles ultérieurement (pick-up, benne basculante, plateau, etc...). Il ne faut pas s'attendre à une révolution au niveau technique, avec un modeste moteur de 20ch. Le terrain de jeu du Citélec restera donc exclusivement urbain, avec une vitesse maximale de 80 km/h. Le 0 à 50 km/h prendra 11 longues secondes (véhicule en charge maximale). En fonction du type de batterie (zebra ou lithium-fer) et de leur capacité, l'autonomie variera de 44 à 120 kilomètres. La recharge se fait sur une prise standard de 220V. Le freinage dispose d'un système de récupération d'énergie. La sécurité n'a pas été négligée avec quatre freins à disques et de bons résultats aux différents tests. Le châssis, quant à lui, est en acier haute résistance. Le style du véhicule n'est guère sexy, mais ce n'est pas ce qu'on lui demande et il correspond à ce qu'on attend d'un utilitaire électrique.

La grande force du Citélec sera sans conteste son prix. Deux formules sont possibles : avec location des batteries (à partir de 12.000 € HT auxquels il faudra rajouter la location mensuelle), ou avec achat des batteries (à partir de 22.000 € HT). Souhaitons à Brandt Motors et SITL que ce projet soit couronné de succès, ce qui permettra de conserver plusieurs centaines d'emplois à Lyon.

Merci au site avem.fr pour la photo qui introduit cet article. Cliquez ici pour en voir d'autres et pour plus d'informations.

Crédit photo : AVEM

5 commentaires:

  1. Le citelec est un véhicule encore plus
    magnifique quand on le voit en vrai j ai eu cette chance je suis sure qu'il trouvera sa place dans le monde du véhicule électrique utilitaire

    RépondreSupprimer
  2. @ redacteur en chef : magnifique n'est peut-être pas le mot le plus approprié pour le Citélec. La technologie comme le dessin du véhicule restent en effet basiques, mais suffisantes. SITL/Brandt Motors sait être opportuniste et arrive à point nommé dans un marché des véhicules utilitaires électriques qui est sur le point d'exploser. Il s'agit de toute façon d'une initiative qu'il faut encourager, ne serait-ce que pour le fameux "made in France" qui promet d'être un des sujets favoris en 2012.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. hélas 18 mois plus tard les ventes n ont pas décoller le gout n y ait pas pour l electrique du moins le prix est hors de portée les grands gagnant sont les vraies constructeurs déja en place il ne feront qu une bouchée de cette societe made in france

    RépondreSupprimer
  5. @oscar : c'est vrai que pour le moment le bilan n'est guère brillant pour brandt motors. Les véhicules produits se comptent sur les doigts d'une main. Et il est très difficile pour cette jeune marque de se battre contre Renault qui raflé presque tous les appels d'offre avec le Kangoo ZE, autrement plus abouti et à peine plus cher.

    RépondreSupprimer