dimanche 30 octobre 2011

Nouveauté : MINI ROADSTER


Là, comme ça sans prévenir, en plein week-end de la Toussaint, Mini nous présente son Roadster et nous envoie par la même occasion une rafale de photos  ! Alors que nous ne l'attendions pas avant plusieurs semaines. D'emblée, on est séduit par le physique avantageux de ce petit roadster et on n'a envie que d'une chose : prendre son volant. Ce ne sera pas possible, alors rongeons notre frein sur ces clichés.





Le Roadster Mini, mine de rien, est le "sixième élément" de la petite marque anglaise, propriété de BMW. Qui aurait cru, il y a dix ans, que le revival de la légendaire petite Austin/Morris/Rover/Mini (rayer la mention inutile) deviendrait une telle success-story ? Depuis 2001, ce sont la Mini 3 portes, le cabriolet 4 places, le petit break Clubman, le SUV Countryman, le coupé 2 places et maintenant ce roadster 2 places qui composent une gamme incroyablement riche. Ce qui fait la force de Mini, c'est son style devenu inimitable. Vous l'aurez compris, par son encombrement, le Roadster est la version découverte du récent coupé.



Et ce petit Roadster reste avant tout une Mini, puisque l'ambiance extérieure et intérieure n'ont jamais été égalées par la concurrence. De plus, Mini a eu le bon goût d'équiper la nouvelle venue d'une capote souple, évitant soigneusement le toit rigide rétractable qui aurait alourdi inutilement la ligne. Pour les fainéants, la nouvelle est tombée comme un couperet : aucun mécanisme électrique d'ouverture/fermeture de la capote n'est prévu, pas même en option. Il faudra donc utiliser ses bras pour la manipuler. Mais le cerveau ne sera pas trop sollicité tant la procédure a été réduite à sa plus simple expression.



Un bel aileron sortira de la malle de coffre dés que vous dépasserez 80 km/h. Effet garanti sur vos amis qui vous suivront ! Et accessoirement sur l'appui de votre voiture.



Puisqu'on traîne vers le coffre, profitons-en pour parler du sujet qui fâche : son volume. 240 litres, ce n'est pas la catastrophe, c'est vrai. Mais ça reste peu, même si je suis conscient que le Roadster n'a pas vocation à ramener des meubles Ikea, des sacs de plâtre ou un corps inanimé. Son credo, c'est le week-end en amoureux, avec le sac de Monsieur, la valise de Madame et son vanity. Mais les virées en montagne ne sont pas interdites, une large trappe à ski étant prévue.







Les routes de montagne devraient d'ailleurs être un délice à parcourir avec le Roadster, sa structure rigidifiée et son centre de gravité bas accompagnant un offre moteur tout à fait recommandable, qui met de coté les moteurs les moins puissant de la populaire 3 portes, pour ne garder que la crème :

- version COOPER : moteur essence 1.6L atmosphérique, 122ch, 160Nm, 199 km/h, 0 à 100 km/h en 9.8s, consommation mixte 5.7L/100, rejets de CO2 133 grs/km.
- version COOPER S : moteur essence 1.6L TwinPower Turbo, 184ch, 240 Nm (260 avec l'overboost), 227 km/h, 0 à 100 km/h en 7s, consommation mixte 6.0L/100, rejets de CO2 139 grs/km.
- version JOHN COOPER WORKS : moteur essence 1.6L TwinPower Turbo, 211ch, 260 Nm (280 avec l'overboost), 237 km/h, 0 à 100 km/h en 6.5s, consommation mixte 7.3L/100, rejets de CO2 169 grs/km.
- version COOPER SD : moteur BMW diesel 2.0L TwinPower Turbo, 143ch, 305 Nm, 212 km/h, 0 à 100 km/h en 8.1s, consommation mixte 4.5L/100, rejets de CO2 118 grs/km.



Pour la forme, je vous donne quand même les dimensions du joujou, même si cela a peu d'importance dans cette catégorie de voitures-plaisir :

- longueur 3.73m
- largeur : 1.68m
- hauteur : 1.39m
- empattement 2.67m




Pour finir, l'allure générale reste bien dans l'univers de la marque, avec du chrome, des bandes sur le capot, des jantes bien clinquantes, des fonds de phares noirs et tout l'attirail habituel. Le Roadster rajoute en plus les arceaux chromés derrière les appuie-têtes et un joli couvre-capote. Le filet anti-remous est prévu. L'intérieur reste toujours aussi désirable, avec ses compteurs à l'ancienne et son ambiance si particulière. Un régal pour les yeux, mais aussi de la poudre aux yeux, pour vous faire oublier que le rapport prix/équipement ne risque pas d'être meilleur que sur le reste de la gamme. On est chez BMW, donc le recours aux options et à la personnalisation est devenu une coutume.







Un petit roadster enthousiasmant par son style, que beaucoup mourront d'envie d'essayer. Pour le coup, les photos du Roadster à côté de la Mini Cabriolet ferait presque passer cette dernière pour un pachyderme.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire