mardi 16 août 2011

OPEL-VAUXHALL INSIGNIA : deux nouveaux moteurs essence



Voilà déjà trois ans que l'Opel Insignia a fait son apparition. Une carrière flatteuse pour le moment puisque la familiale allemande, non contente d'avoir remporté le trophée de voiture de l'année 2009, s'est vendue à plus de 400.000 exemplaires depuis le début de sa commercialisation. Un succès qu'Opel compte bien faire perdurer pour le millésime 2012, dont la gamme va être présentée au salon de Francfort.






Hormis quelques détails (nouvelles jantes, nouveau système multimédia, nouvelle option cuir "indian night",...), rien ne change véritablement visuellement ou au niveau de la structure de la gamme. Plus intéressantes sont les deux nouveautés mécaniques. A une époque où les constructeurs ne jugent plus que par le diesel, Opel présente deux nouveautés en essence : un 1.4L Ecoflex Turbo et l'évolution du 2.0L Turbo Ecotec.


Le 1.4L Turbo Ecoflex est annoncé par Opel comme le moteur le plus économique dans la catégorie des familiales. Remplaçant le bon vieux moteur atmo 1.8L, le moteur Ecoflex affiche la même puissance (140ch) mais ridiculise ce dernier sur tous les autres points : couple 200 Nm (+25 Nm), conso 5.7L/100 (-1.9L/100), 134 grs de CO2 rejetés par km (-44 grs), 0 à 100 km/h en 10.9s (-0.5s). Seule la Vmax diminue de 2 km/h (205 km/h désormais). Des chiffres éloquents obtenus avec les trucs habituels (réduction des frictions, pneus verts, Stop&start, aérodynamique revue, etc...).


Le deuxième moteur ne devrait, pour le moment, pas nous concerner puisqu'il s'agit de l'évolution du moteur Ecotec 2.0L Turbo, qui passe de 220ch à 250ch, mais sur la version 4x4 uniquement. Vu que cette version n'est pas disponible chez nous, nous continuerons à nous contenter de la version 220ch en deux roues motrices. Voici donc une cure de puissance et de dépollution pour ce dynamique moteur essence : Couple 400 Nm (+50Nm), conso mixte 8.4L/100 (-0.5L/100), 197 grs de CO2 par km (-12 grs), Vmax autolimitée à 250 km/h, 0 à 100 km/h en 7.5s. La version 220ch en deux roues motrices a aussi droit à son greenwashing, avec une conso mixte en baisse de 0.5L/100 et des rejets de CO2 en baisse de 10 grs par km.


Des mises à jours qui ne devraient guère augmenter la diffusion de l'Insignia en France, où 95%  des modèles immatriculés sont des diesels. Cependant, avec une offre diesel assez limitée, la familiale d'Opel s'est tout de même bien vendue en 2010 (environ 8.000 exemplaires), faisant oublier le semi-flop de la Vectra G3. Mais le marché français reste secondaire, et on sait bien que la carrière de l'Insignia se joue en Allemagne et en Grande-Bretagne (sous pavillon Vauxhall).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire