vendredi 26 août 2011

DODGE CALIBER : Voilà c'est fini !



Voici un véhicule bien sympa qui aurait pu mener une belle carrière. Qui aurait du mener une belle carrière. Car avec le Nissan Qashqai/Rogue, il a été le précurseur sur le segment des petits crossovers qui ont le style baroudeur, mais qui ont la consommation d'une compacte. Le Qashqai a tout raflé, lui n'a eu que les miettes. Lui, c'est le Dodge Caliber, une voiture conçue quand il ne le fallait surtout pas.


Dévoilé en 2005 à Genève, puis commercialisé mi-2006 alors que la tension était au plus fort entre les américains de Chrysler et les allemands de Daimler, la Caliber semble avoir été baclée, surtout à l'intérieur. Des plastiques de très mauvaises qualités et des assemblages préoccupants interpellent la presse comme les acheteurs.



Pourtant, le concept de crossover plaît beaucoup, la ligne du Caliber est puissante et réussie. L'intérieur, malgré un qualité désinvolte, regorge d'astuces. L'auto repose sur une plate-forme commune avec Mitsubishi qui est tout à fait correcte. Les moteurs essence vont dans le sens de ce que veulent les américains (un quatre cylindre de 1.8L à 2.4L de cylindrée conçu en collaboration avec Hyundai et Mitsubishi) avec en haut de la gamme une version SRT-4 de 295ch ! Pour l'Europe, un diesel VW de 140ch est prévu dans un premier temps, puis un moteur Mercedes de 2.2L et 163ch viendra par la suite.


Car cette Caliber a été conçue pour l'Europe, suite à la décision de réintroduire Dodge dans notre paysage automobile. Bonne idée puisque la marque jouissait d'une image flatteuse, redorée depuis quelques années par la Viper. La marque attire l'attention avec une campagne de publicité plutôt remarquée et la petite Caliber réussit à faire parler d'elle.


Tout va bien jusqu'à ce que la presse essaye la voiture. Le constat est sans appel, la qualité de la voiture est détestable, son comportement routier à la rue, et le diesel VW d'un autre âge (voir la vidéo ci-dessous pour un essai de l'époque). Et les autres modèles qui sont arrivés par la suite ne font pas mieux (Nitro, Avenger).


Des deux cotés de l'Atlantique, les immatriculations sont encourageantes les deux premières années (environ 100.000 unités aux USA en 2006 et 2007), mais plongent dès la troisième. Chrysler, la maison-mère de Dodge, est lâchée par le groupe allemand Daimler qui la brade à Cerberus en 2007. En 2008, la crise financière surgit. En 2009 Chrysler fait faillite et est repris en main par Fiat. Toujours en 2009, les ventes de Caliber sont au plus bas quel que soit le marché. Un restylage est effectué en 2010 avec un intérieur de bien meilleure qualité. Mais le mal est fait et le Caliber ne retrouvera jamais ses parts de marché aux Etats-Unis (45.000 l'année dernière), et encore moins en Europe puisque le départ de Dodge y est annoncé pour mi-2011. Un beau gâchis dont seul Chrysler a le secret !

2010 - Dodge Caliber phase 2
2010 - Dodge Caliber phase 2
Chrysler avait donné à la Caliber des objectifs de vente ambitieux aux Etats-Unis et en Europe, mais également sur les marchés australiens et asiatiques où la marque Dodge faisait aussi son retour (voire son arrivée). Une mission qui aurait pu être menée à bien si Chrysler avait conçu cette Caliber avec sérieux, mais qui s'est révélée être trop lourde pour ses frêles épaules.

2010 - Dodge Caliber phase 2
2010 - Dodge Caliber phase 2
La production de la Caliber cessera courant novembre, et elle laissera sa place sur les chaînes de Belvidere (Illinois, USA) à une nouvelle compacte Dodge. Celle-ci sera basée sur la plate-forme de l'Alfa-Romeo Giulietta, et utilisera les moteurs 1.4L Turbo et 1750 TBI du groupe Fiat.


crédit photos : Chrysler / Dodge

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire