dimanche 17 juillet 2011

LA 4L A 50 ANS !!!! Première partie : la phase 1


Au salon de Genève, en mars 2011, on pouvait voir, dans les escaliers à droite du stand Renault, une 4L fossilisée dans le mur. Une voiture qui nous est si familière et encore si présente en France (surtout dans nos campagnes) que jamais il ne nous serait venu à l'esprit qu'elle était née en 1961, et qu'elle a donc 50 ans !!!!

2011 - La Renault 4 fête ses 50 ans au salon de Genève
Voulue sous cette forme par Pierre Dreyfus, arrivé en 1955 à la Régie (qu'il quittera en 1975), les études de la 4L remontent en fait au début des années 50. C'est Pierre Dreyfus qui décidera de faire de cette 4L une voiture à tout faire, aussi bien familiale qu'utilitaire avec son grand hayon (une première sur une voiture de tourisme qui ne soit pas un break) et son plancher plat. La conception devra être simple, l'entretien facile, la fiabilité sans faille, l'équiment réduit au minimum, la motorisation suffisante et le prix de vente raisonnable. La voiture devra être confortable sur la route, mais devra pouvoir s'aventurer sur les chemins de terre grâce à une garde au sol adaptée. En clair : elle devra être polyvalente, aussi bien adaptée aux familles qu'aux travailleurs ou baroudeurs, rendant des services aussi bien à la ville qu'à la campagne. Un sacré cahier des charges ! D'autant plus qu'elle inaugurait les roues avant motrices sur une voiture de tourisme Renault, deux ans aprés l'Estafette pour les utilitaires. Mais avant toute chose, la première mission de la Renault 4 était de faire barrage à l'insolent succès de la sous-motorisée et néanmoins révolutionnaire Citroën 2CV, qui connaissait un tel succès à la fin des années 50 que les délais de livraison étaient de six mois à un an !

Renault 3
La Renault 4 sort donc en 1961. Enfin plus exactement la Renault 3 et la Renault 4 sortent cette année là ! Car oui il y a eu une Renault 3, une sorte de version dépouillée et sous-motorisée de la Renault 4, qui ne restera au catalogue que jusqu'en septembre 1962, faute de succès (seulement 2.526 exemplaires fabriqués : un collector aujourd'hui). Il faut dire qu'avec son petit moteur de 603cc de 22.5cv SAE, moins de 100km/h en vitesse de pointe, une carosserie ultra simplifiée (pas de vitre de custode, calandre à même la tôle) et un équipement réduit à sa plus simple expression, il était dur de lui trouver des arguments (mis à part sa puissance fiscale de 3CV qui lui a donné son nom).

La Renault 4 "de base" au salon Epoqu'Auto à Lyon en 2010
Pourtant, la Renault 4 "de base", qui reprend la même carosserie que la Renault 3, connaîtra un peu plus de succès. toute la différence est dans le moteur : 747 cm3, 27ch SAE, 4CV, boite 3 vitesses. Pas un foudre de guerre, mais au moins permet-il de dépasser les 100 km/h.

Renault 4 L
En fait, la vrai version, celle qui fit le succès de la Renault 4, celle qui ancra son nom dans le langage familier, ce fut elle : la 4L (L pour "Luxe"). Même moteur, mais présentation beaucoup plus flatteuse avec entre autres ses six vitres latérales, sa calandre chromée, et son équipement un peu moins indigent. Cette version représentera les 3/4 des ventes pour la phase 1.



L'accueil est partagé au salon de paris en 1961. A l'époque, l'appartenance à une marque est beaucoup plus fort qu'aujourd'hui, et les fans de la Citroën 2CV méprisent la nouvelle venue. Il est vrai que la 4L est moins décalée que sa concurrente. Mais très vite, la Renault va convaincre les clients du bien fondé de sa conception basée sur la praticité et la simplicité, et elle fera un triomphe pendant de nombreuses années. Le slogan de lancement est : "Pas d'eau, pas de graissage, juste un peu d'essence". D'ailleurs, à l'occasion du salon, Renault met à disposition une flotte de 400 Renault 4 au pied de la Tour Eiffel. 62.000 personnes pourront alors se familiariser avec la voiture et seront souvent convaincus par ses qualités.

Renault 4L
Moins convaincu est Pierre Bercot, PDG de Citroën, qui, inquiet de cette nouvelle voiture, met Renault devant les tribunaux pour plagiat de son système tubulaire des sièges escamotables. Peine perdue : la régie avait déposé un brevet quinze ans auparavant. Pierre Bercot a raison de s'inquiéter : dés l'année suivante, la R4 s'installe en haut du classement des ventes, et met à mal la 2CV, mais aussi des véhicules pas forcément de la même catégorie comme la Citroën Ami 6, la Simca 1000, voire même la Renault Dauphine !



Quelques mois plus tard sort la 4L fourgonnette, avec son fameux "girafon" au dessus de la porte battante à l'arrière et sa charge utile de 300 kgs.



En 1962 sortira la Renault 4 Super, encore mieux équipée (sièges plus confortables, lave-glace à double gicleur, pare-soleil), mieux présentée (pare-chocs à double tube), proposant de nouvelles options (sièges avant séparés et banquette rabattable) et un hayon inédit avec une lunette arrière s'escamotant dans le bas du hayon (s'ouvrant lui même vers le bas). C'est d'ailleurs les problème d'étanchéité et de fragilité de ce hayon qui auront raison de la Super. Cette version assez rare et à la belle allure sera produite à 10.500 exemplaires (encore un collector !) pendant deux ans, jusqu'en 1964. Sa puissance devenait carrément confortable : 32ch SAE sont extirpés du petit 747cc. Quelques mois plus tard, c'est un moteur 845cc de 5CV (celui de la Dauphine) qui prendra place sous le capot, toujours avec la boite 3 vitesses.

Renault 4 Super

 Dés 1963, une adaptation 4x4  est disponible grâce à la société SINPAR, qui proposera pendant de longues années cette transformation, en particulier aux administrations devant se déplacer dans des endroits délicats (Armée, la Poste,...)


En fin d'année 1963 sort la Parisienne. Ce n'est pas une série spéciale, mais une vraie finition dans la gamme. Élaborée en collaboration avec le magazine "Elle", la Parisienne se reconnait évidemment à sa décoration extérieure très coquette et de bon goût, la décoration en cannage ayant eu plus de succès que la décoration écossaise. Ses chromes (y compris sur les bas de caisse) et ses enjoliveurs de roues finissent le tout. Un modèle collector produit de 1963 à 1968 sous différents coloris, dont même la star de l'époque Sheila fera la promotion.



En 1964, c'est la version Export qui est présentée et qui remplace la Super, elle est disponible avec les moteurs 4 et 5CV.

Renault 4 Export
Les vitres arrière coulissantes sont enfin proposées sur toute la gamme, sauf sur la R4 de base. Cette dernière voit sa puissance passer à 24cv SAE.

C'est peut-être un détail, mais à partir de 1965, l'appellation officielle de la voiture est "R4", et non plus "Renault 4". Même si cette appellation permet de s'aligner sur la nouvelle R16, cela n'empêchera pas les français de continuer à l'appeler 4L tout au long de sa carrière, et même aujourd'hui encore !

Le 500.000ème modèle est produit en 1964, le millionième exemplaire en février 1966.



C'est également en 1966 que la R4 de base adopte la troisième vitre latérale. Pour le millésime 1967, un nouveau tableau de bord plus valorisant fait son apparition. De couleur crème avec volant chocolat, c'est évidemment le jour et la nuit avec le noir ambiant jusque là disponible.

Tableau de bord Renault 4 1967
Puis en 1967 sort la phase 2, avec entre autres une nouvelle calandre. La 4L phase 1 aura été produite à 1.400.000 exemplaires. La suite prochainement dans la deuxième partie de ce dossier sur notre 4L nationale... et internationale.


Images : Renault, Sinpar

TOUS LES ARTICLES SUR LA RENAULT 4

A LIRE AUSSI
LA 4L A 50 ANS !!!! Deuxième partie : les phases 2 et 3
LA 4L A 50 ANS !!!! Troisième partie : les années 80 et 90

2 commentaires:

  1. HX1 metamachin c'est beau ,mais là c'est une réalité. La 4L ,la mienne avait le toit ouvrant on faisait le plein pour 3 fois rien,le bon temps quoi.
    Beau site Mr Fredo

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour tes encouragements pour mon blog ! j'y met du temps et toute ma passion.
    Concernant la 4L, je me suis fait la même réflexion que toi en rédigeant l'article. Les constructeurs ne pensent plus aujourd'hui qu'à rajouter toujours plus d'électronique et de gadgets dans leurs voitures, alors que je suis sur que refaire une voiture simple et pratique (qui a dit voiture à vivre ?) serait une bonne idée.

    RépondreSupprimer