vendredi 24 juin 2011

SAAB au bord du gouffre



Je me décide à parler un peu de SAAB. Je m'étais pourtant promis de ne plus le faire tant qu'une annonce vraiment officielle ne serait pas publiée par le constructeur. On a en effet entendu tout et n'importe quoi ces dernières semaines, et SAAB semble maintenant maitriser la mentalité chinoise consistant à faire beaucoup d'effets d'annonce rarement suivis d'actes concrets. Mais aujourd'hui, la situation est grave.


Le constructeur suédois (dont il faut tout de même saluer la transparence), nous apprenait hier qu'il n'était plus en mesure de payer les salaires de ses employés. Ces derniers, évidemment, ne sont pas contents, tout comme les fournisseurs qui ne livreront plus une pièce sans être payés. On se rapproche donc du dépôt de bilan. Mais la faute à qui ?


En avril, Saab stoppait sa production car il n'avait plus les moyens de payer ses fournisseurs. En mai, un accord avec le chinois Hawtai Motor était annoncé. On sait maintenant que Hawtai avait trafiqué ses chiffres d'affaires et de production, et l'accord a capoté. Après des rumeurs avec BAIC ou GreatWall, c'est finalement avec Pang Da Automobile (un gros distributeur chinois) que Saab a réussi à s'allier. Fin mai, la production redémarre, pour s'arréter de nouveau dix jours plus tard. Malgré tout, mi-juin naissait un ménage à trois avec l'arrivée du constructeur chinois Yougman (célèbre en Chine pour fabriquer des Proton sous badge Europe Star, avec soi-disant l'aide de Lotus).



Saab-Spyker, rebaptisé Swedish Automobile (vu que Spyker a été vendu pour renflouer les caisses), voit donc son capital réparti ainsi : environ 30 % pour Yougman, 24 % pour Pang Da et le reste pour les actionnaires suédois, qui deviennent minoritaires. Théoriquement, tout va bien.


Mais dans la pratique, nous en sommes dans la situation d'aujourd'hui : la production est stoppée et ne repartira pas de sitôt, voire jamais si les fournisseurs et employés ne sont pas payés. Où est l'argent promis par les nouveaux actionnaires ? Ces derniers, surtout Pang Da, semblent pourtant avoir fait preuve de bonne volonté. Et bien il semble que les transactions soient bloquées par les administrations chinoises et européennes, qui prennent leur temps et pèsent le pour ou le contre sur la viabilité de ces prises de participations. Honteux !


Nous devrions donc avoir des nouvelles dans les prochains jours sur le destin de SAAB. Comme je l'ai déjà dit dans un article précédent, c'est une fin à la MG-ROVER qui se profile. Avec liquidation et rachat des restes à prix discount.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire